LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

19 mai 2007

Kahemba: Kinshasa donne raison à l’Angola

Kahemba900A l’Assemblée nationale, le rapport «BDK» traité à huis clos.
Les décisions sont tombées au dernier Conseil des ministres. Ainsi, le dossier Kahemba est-il classé sans suite. Quant à l’affaire Bundu dia Kongo, des instructions ont été données pour que les coupables soient châtiés et que le ministre de la Justice règlemente, dès ce jour, l’existence des sectes religieuses. L’Assemblée nationale, saisie des mêmes affaires, contredira-t-elle l’Exécutif ?

Le gouvernement a pris des décisions en ce qui concerne les dossiers brûlants de l’heure : Kahemba et Bundu dia Kongo. Dans le premier cas, l’affaire est désormais classée. En clair, le gouvernement a la conviction qu’il n’y a pas eu violation du territoire congolais par les forces armées angolaises. Confirmant ainsi la thèse soutenue par la partie angolaise, Kinshasa se fonde, paraît-il, sur les rapports des commissions techniques mises sur pied à cet effet. Quant au dossier Bundu dia Kongo, des instructions ont été données pour que les coupables soient punis et que le ministre de la Justice règlemente l’existence des sectes religieuses.

La question que l’on se pose est celle de savoir s, au niveau de l’Assemblée nationale, en ce qui concerne Kahemba, les députés aboutiront à la même conclusion. C’est probablement ce que laisse deviner le huis clos décrété, hier vendredi, à l’Assemblée nationale au moment de l’audition du Rapport Bundu dia Kongo.

Il a donc fallu 106 jours pour connaître le dénouement de la crise frontalière entre l’Angola et la République démocratique du Congo, en ce qui concerne la polémique sur l’occupation ou non par des éléments armés angolais des villages relevant du territoire de Kahemba, dans la province de Bandundu.

Dans le compte rendu de la réunion du gouvernement tenue le 17 mai, le Conseil des ministres a donné sa dernière position. «Le gouvernement a pris acte des conclusions techniques des différentes équipes des experts affirmant : primo, que la frontière n’a pas bougé. Secundo, qu’il n’y a pas eu franchissement de cette frontière par des troupes angolaises. Tertio, qu’il n’y a pas eu des déplacements massifs des populations. Le gouvernement décide de la création d’une commission mixte «gouvernement - autorités provinciales locales», chargée de la matérialisation et de la gestion de nos 9.000 km de frontière avec ses 9 pays voisins. Par ailleurs, le gouvernement réaffirme son engagement à entretenir des relations de fraternité qui ont toujours existé entre la République sœur d’Angola et la République démocratique du Congo».

UN COMPTE RENDU SANS AMBIGUÏTE

Le compte rendu est clair. Sans ambiguïté. Il s’observe que, fort de ses informations, le gouvernement a décidé de clore le «Dossier Kahemba». Bien plus, sa décision confirme la thèse soutenue jusqu’ici par la partie angolaise selon laquelle les forces armées de Luanda n’avaient jamais violé le moindre millimètre carré du territoire congolais. Et qu’en plus, le drapeau angolais ne flottait qu’en territoire angolais.

Dans un passé récent, devant la persistance des accusations des parties congolaises, dans un communiqué publié dans l’Agence angolaise de presse, Angop, le gouvernement angolais avait qualifié «de mauvaise foi les déclarations de certains secteurs civils et politiques congolais qui continuent à revendiquer cette partie angolaise et répudie vigoureusement les prétentions expansionnistes inhérentes».

Mais que dire alors du drapeau angolais qui flotte à Shayimbwanda considéré comme village congolais et habité par des Congolais ? Difficile de se prononcer. Toutefois, il nous revient, selon les coordonnées géographiques, que cette localité se trouverait à 2,3 km du parallèle 7 en territoire angolais, 7°01’18’’29’’’ latitude Sud, et 19°53’27’’91’’’ longitude Est.

La première décision qui est tombée vient du gouvernement. Celui-ci s’est appuyé sur le travail technique effectué par les experts des deux pays. Au moment où les deux parties s’employaient à trouver des éléments et des indices convaincants, proposition avait été faite d’associer la Belgique et le Portugal, deux anciens pays colonisateurs qui ont administré respectivement le Congo et l’Angola en vue de décanter la situation. C’est ainsi que lors de son passage à Kinshasa, Karel De Gucht, ministre belge des Affaires étrangères, avait débattu de cette question avec les autorités congolaises.

Evidemment, l’interrogation demeure entière. Pourquoi les deux pays, indépendants respectivement en 1960 et en 1975, n’ont jamais souffert de conflit de frontières dans le passé ? On sait, par ailleurs que pendant la guerre d’agression subie par la RD du Congo, l’Angola était bien à ses côtés. Faut-il lier ces soubresauts à la présence du diamant dans la zone ?

REACTION DE L’ASSEMBLEE NATIONALE

Quoi qu’il en soit, le gouvernement a joué sa partition. C’est premier acte. L’Assemblée nationale va-t-elle entériner la décision du gouvernement alors qu’elle avait mis en place une commission, dénommée «Commission Roger Lumbala» qui s’est rendue sur place, précisément à Kahemba, pour faire l’état des lieux ?

Il se fait, malheureusement, qu’à ce jour, le Rapport de cette commission n’a pas encore été auditionné. Pire, les députés ont donné l’impression d’éviter de froisser quelqu’un s’ils abordaient le cas Kahemba. Cette observation est étayée par des reports successifs des plénières, les documents ad hoc n’ayant pas encore été distribués aux députés. Partant de la décision du gouvernement qui enlève désormais tout intérêt audit rapport, l’on se demande si les députés iraient jusqu’au bout

Hier vendredi, la plénière sur le sujet s’est déroulée à huis clos, selon le vœu des députés. Ce sera également le cas comme du Dossier Bundu dia Kongo. Ce contexte permet-il d’attendre des résultats spectaculaires ? Ce n’est pas acquis d’avance, nonobstant l’indépendance proclamée de chaque institution. DE toutes les façons, l’Assemblée nationale évitera d’entrer en «guerre» contre le gouvernement à propos de ces matières qualifiées de «hautement sensibles».

Quelle leçon tirer de la décision gouvernementale ? Et que pensent tous ceux qui ont soutenu la version contraire à celle du gouvernement ? Il reste entendu que les données techniques sont têtues. Personne ne peut les contredire. Mais au regard de la connotation politique, diplomatique et sociale de cette affaire, il est important d’encourager la voie pacifique pour préserver la cohabitation pacifique, surtout au niveau des frontières entre les populations de la République démocratique du Congo et l’Angola.

Le fait que cette quasi crise ait eu des similitudes avec d’autres conflits surgis sur le continent – en l’espèce, l’affaire de la presqu’île pétrolifère de Bakassi ayant opposé le Cameroun et le Nigeria - il serait imprudent de ne pas revisiter conjointement les bornes afin de fixer une fois pour toutes la délimitation des frontières.

En attendant, les populations congolaises doivent se rendre à l’évidence. N’ayant pas d’autre voie de recours, elles n’ont qu’à accepter le verdict du gouvernement. A ce dernier d’éviter à l’avenir de traiter pareils dossiers dans la précipitation. Sa cote de crédibilité en dépend.

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 11:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Kahemba: Kinshasa donne raison à l’Angola

Nouveau commentaire