LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

14 mai 2007

Kengo ne doit pas se tromper d’époque / Seul Dieu ne change

99361L’homme est un véritable caméléon, foncièrement conditionné par l’environnement. Comme l’animal à quatre pattes, l’homme épouse à sa manière la couleur locale afin d’évoluer en harmonie avec le reste de la biodiversité qui l’entoure. Le mal aimé d’hier ne l’est pas forcément aujourd’hui, moins encore demain aussi longtemps que celui-ci se donne la peine de se ranger. Autant que lui, ses partenaires ne sont immunisés contre cette mutation tant qu’elle joue en faveur de l’intérêt supérieur de la communauté. La température prélevée du dernier vote qui vient d’avoir lieu à la Chambre haute du parlement qui constituait son bureau définitif, est édifiante. Qui l’eut cru ?
L’élection de Léon Kengo wa Dodo au poste de président de cette institution majoritairement gagnée à un seul courant politique apparemment opposé à cette candidature, est un signe de temps qui ne trompe personne. Depuis la tenue des élections, la République démocratique du Congo semble engagée dans un tournant qui ne fait de cadeau à personne, en ce sens que rien n’est gagné d’avance pour qui que ce soit. La sanction des électeurs, " petits " et grands, mérite une appréciation approfondie, quelle que soit son issue. Celle-ci qui ne peut contenter tout le monde à la fois est pareille à cette pensée de Shakespeare qui énonce qu’ " on ne peut être honnête sans blesser quelques sensibilités, ni satisfaire à tous ".
L’essentiel étant d’être honnête, le verdict des urnes l’est dans la mesure où il traduit la volonté de la majorité qui est souveraine dans le système démocratique. Notre pays a l’ambition de s’engager résolument dans cette voie avec à la clé, un appareil étatique qui doit lui assurer en plus le développement sur base des ressources naturelles disponibles, mais qui souffrent réellement de la léthargie. La dynamique d’un Kengo wa Dodo que l’on reconnaît comme l’homme de la rigueur, la discipline et l’ordre peut faire décanter la situation.
" La rigueur est à la gestion ce que l’éthique est à la morale ", a-t-il lancé dans son discours " improvisé " devant ses pairs. Le contexte actuel en République démocratique du Congo a présentement besoin de ces qualités qui ont longtemps fait défaut dans la gestion de la chose publique et maintenu longtemps ce géant d’Afrique au pied de la pyramide des autres pays, souvent moins crédités de succès au départ par rapport à lui. Ce paradoxe est à la hauteur de la surprise du vendredi soir à la Chambre haute du parlement, au Palais du peuple à Kinshasa. Au sein des soixante-dix sénateurs Amp soutenant en principe leur candidat, un concurrent " Indépendant ", logiquement soutenu par une minorité amputée de surcroît d’une voix, ce dernier a gagné 55 voix contre 49 sur 106 votants avec 2 abstentions. Ces électeurs ont éventuellement exprimé leur soif sur quelque qualité à même de permettre le décollage de ce pays et qui, dans leur entendement serait incarnée dans le candidat qu’ils ont choisi.
La République démocratique du Congo a besoin de telles mutations qui poussent parfois leurs acteurs à se faire violence dans les choix à opérer pourvu que la nation, et non l’individu, trouve son compte. Seul Dieu ne change pas, et l’être humain qui se comporte de cette façon est traité d’imbécile. Kengo n’a pas le droit de décevoir ceux qui lui ont fait confiance à tous les niveaux.

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 21:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Kengo ne doit pas se tromper d’époque / Seul Dieu ne change

Nouveau commentaire