LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

14 mai 2007

Sénat : Kengo au pouvoir aujourd’hui !

99359Le Bureau du Sénat sera installé aujourd’hui à 15 heures au Palais du peuple. Après son élection surprise, le vendredi dernier, à la présidence de la Chambre Haute du Parlement, l’Homme de la ‘‘rigueur’’ a affirmé n’être ni à gauche, ni à droite. Il est donc au centre. Une façon nette pour lui d’afficher son indépendance vis-à-vis de deux familles concurrentes de la RDC, l’UN et l’AMP. Un dossier l’attend : la levée des immunités de Jean-Pierre Bemba Gombo.
Les choses sérieuses vont pouvoir commencer à la Chambre Haute du Parlement de la troisième République. En effet, après l’élection des membres du Bureau définitif intervenue le vendredi 11 mai dernier dans la salle des conférences internationales du Palais du Peuple, il sera procédé, ce lundi 14 mai 2007 à 15 heures, à l’installation du Bureau définitif de cette chambre. Ainsi, les Sénateurs Kengo wa Dondo, Mokolo wa Mpombo, Cardoso Losembe, Modeste Mutinga, Lola Kisanga, Mabaya Gizi et Ignace Ndebo, élus respectivement en qualité de Président, 1er Vice-Président, 2ème Vice-Président, Rapporteur, Rapporteur-Adjoint, Questeur et Questeur-Adjoint vont prendre la direction du Sénat. Ce, en remplacement du bureau provisoire dont la mission, somme toute restreinte, consistait à valider les mandats des Honorables Sénateurs, à élaborer le règlement intérieur et, enfin, à installer le bureau définitif. Mission accomplie donc pour l’Honorable Mbweshi, président du Bureau Provisoire et doyen des Sénateurs congolais.
Les leçons d’une élection fortement suivie
Il faut dire que depuis l’élection de l’ancien Premier Ministre de Mobutu à la présidence du Sénat le week-end dernier, des commentaires vont dans tous les sens.
Dans les milieux proches de l’Alliance pour la Majorité Présidentielle, on crie à la trahison. Sinon comment comprendre que cette famille politique du Chef de l’Etat qui compte 68 Sénateurs sur les 108 puisse subir un revers là où l’échec n’était pas permis ? D’autres accusent She Okitundu, le candidat malheureux, d’être à la base de son échec d’autant plus qu’il se méfiait de tout le monde.
D’autres encore pensent que la famille politique du Chef n’a pas bien géré les ambitions. La désignation de She comme candidat à la tête du Sénat n’a pas fait l’objet d’un débat au sein de la famille. Ce qui n’a fait que renforcer les frustrations.
Il fallait aligner soit Mabi Mulumba soit André- Philippe Futa !
Les spécificités en politique ne doivent nullement être négligées, disent les dialecticiens. L’AMP a peut-être péché là aussi.
Le très bouillant Secrétaire Général du RCD, Hubert Kabasubabo n’a pas pu garder sa langue en poche face à ces déboires de la famille politique présidentielle.
Invité du journal télévisé de Congo Web, Kabasubabo a déclaré que l’AMP a commis presque la même erreur que l’UN lors de l’élection du Gouverneur de la ville de Kinshasa où le MLC avait aligné un ressortissant de l’Equateur dans une ville censée revenir aux originaires de l’ancienne province du Congo Central.
Mais pour le Sénat, argumente Kabasubabo, c’était plutôt une question de poids politique. Pour ce cadre du parti cher à Ruberwa, face à Kengo wa Dondo, il fallait aligner soit Mabi Mulumba, soit André- Philippe Futa pour faire le contrepoids de l’indépendant Kengo wa Dondo. Tant, ils ont la carrure qu’il faut et des carnets d’adresse également riches comme celui de l’ancien premier Ministre de Mobutu. Il ne comprend pas pourquoi ‘‘entretient-on une haine aussi viscérale vis-à-vis des Luba !’’.
Soit ! Le mot d’ordre ou la circulation de la pensée unique n’a pas été de mise lors de cette élection. Il faut regarder vers le futur dès maintenant.
Contrairement à son Maître Mobutu qui n’était ni à gauche, ni à droite, ni au Centre, Kengo s’est affiché centriste par rapport aux deux groupes politiques de notre pays, l’opposition et le pouvoir. Une façon pour lui d’affirmer son indépendance vis-à-vis de l’opposition et du pouvoir établi, après les joutes électorales.
A lui donc de puiser dans son expérience pour mettre tout le monde d’accord.
Zoom sur le nouveau Président du Sénat
Né Léon Lobich à Libenge dans la province de l’Equateur, Kengo wa Dondo est âgé de 72 ans. Il est détenteur d’un diplôme de docteur en Droit de l’Université Libre de Bruxelles, après des études en Sciences commerciales et administratives chez les Frères des écoles chrétiennes de Mbandaka. En 1982, 1988 et en 1994, il a successivement occupé le poste de premier commissaire d’Etat (premier ministre par la suite). Dans sa carrière politique toujours, Kengo wa Dondo a également œuvré dans la diplomatie, notamment avec un poste d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la RDC alors Zaïre, au Royaume de Belgique. Il a aussi été ministre des Affaires étrangères et président de la Cour des comptes. Notons aussi qu’en dehors de la politique, Léon Kengo wa Dondo a commencé ses activités d’homme d’Etat comme magistrat. A ce titre, il fut Procureur Général de la République.
De quelles familles politiques sont-ils ?
Président: Léon Kengo wa Dondo (Indépendant)
- 1er vice-président : Edouard Mokolo wa Pombo (AMP)
- 2ème vice-président : Mario Cardoso Losembe Batwanyele (AMP)
- Rapporteur : Modeste Mutinga Mutwishayi (AMP)
- Rapporteur Adjoint : Lola Kisanga (RCD)
- Questeur : Mabaya Gizi Amine (CDC)
- Questeur Adjoint : Ignace Ndebo (AMP)

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 20:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Sénat : Kengo au pouvoir aujourd’hui !

Nouveau commentaire