LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

28 février 2007

Flahaut blâmé par Verhofstadt

Ecole_royale_militaire

Le Premier ministre belge, le libéral flamand Guy Verhofstadt, a invité mardi  27 février le ministre de la Défense, le socialiste francophone André Flahaut, afin de fournir des explications sur son initiative « unilatérale » de faire décerner  à Joseph Kabila le titre de docteur honoris causa de  l’Ecole royale militaire.

« Je suis tombé de ma chaise samedi en apprenant cette initiative ubuesque du ministre Flahaut », ironisait un ancien officier belge, ancien élève de la prestigieuse Ecole royale militaire. « C’est le corps enseignant qui doit élire la personnalité à laquelle est décernée le titre de docteur honoris causa. Cette matière n’est pas de la compétence d’un ministre », ajoute-t-il. De quoi s’agit-il ? En séjour au Congo, le ministre belge de la Défense, André Flahaut, a annoncé vendredi 23 février à Kinshasa que l’Ecole royale militaire a pris la décision d’élever Joseph Kabila au rang de docteur honoris causa. « Ce diplôme lui sera remis en mains propres lors de son prochain voyage en Belgique », déclarait un ministre Flahaut euphorique au cours d’une conférence de presse. « Nous venons de lui remettre l’invitation en ce sens », a-t-il précisé. La nouvelle a fait bondir le « Premier » Guy Verhofstadt qui a dit en privée  ne pas comprendre le sens de cette « initiative unilatérale». On apprenait mardi soir que Flahaut a été convoqué au 16, Rue de la Loi afin de fournir des explications au chef du gouvernement que l’on dit « très mécontent». Le ministre des Affaires étrangères, le libéral flamand Karel De Gucht – lequel a toujours reprocher à ses collègues francophones en charge de la Défense et de la Coopération au développement de marcher sur ses plates bandes, n’a pas hésité à dire haut et clair son indignation : « L’utilisation de l’Ecole royale militaire à des fins politiques est inappropriée ». Dans son journal parlé de 18 heures, la radio publique belge francophone (RTBF) a fait état de la « réaction négative » de la haute direction de cette grande école sur cette affaire. Le ministre Flahaut a-t-il agi sans prendre au préalable langue avec les dirigeants de cet institut ? « C’est une décision de l’Ecole normale militaire », s’est défendu l’intéressé dans une intervention faite sur les ondes de la RTBF. Selon lui, il s’agit d’un acte normal qui entre dans le cadre du « partenariat actif » existant entre la Belgique et le Congo en matière militaire. « Le titre de docteur honoris causa pour Joseph Kabila constitue un signal positif », a bredouillé Flahaut lequel croit dur comme fer que le premier ministre et le patron de la diplomatie belge « n’ont pas compris » la portée de sa proposition. Il a néanmoins reconnu qu’il n’est pas habilité à inviter un chef d’Etat étranger en Belgique et que « ce rôle revient au Premier ministre ainsi qu’au ministre des Affaires étrangères ».  Aux dernières nouvelles, on apprenait que l’octroi d’un tel titre doit suivre la « procédure normale ». Telle serait la décision prise mardi soir par le Premier ministre Verhofstadt. « Dans cette hypothèse, fait observer un expert militaire, les chances de Kabila pour se voir décerner ce titre vont s’amenuiser ». Au motif que c’est le « conseil  académique » qui est appelé à choisir le « nominé » dans une spécialité donnée parmi trois ou quatre candidats. On le sait, le parcours militaire de Joseph Kabila ne signale aucun passage dans une académie militaire. Sauf, trois mois passés en Chine. Les grades au sein de l’armée congolaise ont été attribués selon le bon plaisir de « Mzee ». Flahaut, lui, considère que Kabila a fourni un grand effort pour « reformer » l’armée nationale. Dans son récent rapport, Amnesty International a fait état de la réticence de la Présidence de la République d’envoyer les 14.000 hommes de la garde présidentielle au brassage. « Le moins qu’on puisse dire est que Flahaut a reçu un blâme officieux de la part de Verhofstadt», commente  un confrère de la presse flamande. « Malgré les élections démocratiques, souligne-t-il, il se dégage de plus en plus en Belgique la nette impression que la RD Congo est loin d’être devenue un paradis pour les droits humains ».On confirme, au cabinet de Verhofstadt, que le voyage du Roi Albert II en RD Congo est reporté sine die. Le ministre De Gucht doit, en avril prochain, se rendre à Kinshasa afin de s’enquérir de la situation générale. Le déplacement éventuel du Souverain belge dans l’ex-colonie dépendra du rapport que fera De Gucht notamment sur la bonne gouvernance. Une notion qui inclut notamment la lutte contre la corruption et l’état des droits et libertés.  En attendant, « aucune initiative unilatérale ne sera admise », dit-on au 16, Rue de la Loi…

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 18:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Flahaut blâmé par Verhofstadt

Nouveau commentaire