LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

22 février 2007

RDCongo: 11 tués dans de nouveaux accrochages entre armée et rebelles

Neuf rebelles hutus rwandais et deux soldats des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) ont été tués mercredi au cours de nouveaux accrochages dans le Nord-Kivu (est), a-t-on appris auprès du commandement militaire de la province.

"Il y a eu des combats ce matin près de Nyamilima (à près de 100 km au nord de Goma, capitale du Nord-Kivu). Nous avons vu neuf cadavres du côté des FDLR (rebelles des Forces démocratiques de libération du Rwanda) et il y a deux morts du côté des FARDC", a déclaré à l'AFP le colonel Delphin Kahimbi, commandant en second de la région.

Depuis le 14 février, les accrochages sont quotidiens entre d'une part la brigade Bravo des FARDC, récemment déployée dans le territoire de Rutshuru, au nord de Goma, et d'autre part des miliciens locaux Maï Maï et des rebelles des FDLR, installés dans la région depuis des années.

Mercredi, la Mission de l'ONU en RDC (Monuc) a "regretté" cette "série d'accrochages".

"Plus de 22.000 personnes ont été déplacées suite aux combats qui opposent (...) la brigade Bravo des FARDC et les FDLR, alliés à des groupes Maï Maï", a déclaré Jean-Tobie Okala, porte-parole adjoint de la Monuc, au cours d'un point presse à Kinshasa.

Miliciens et rebelles hutus rwandais sont hostiles au déploiement de la brigade Bravo, constituée d'éléments issus de l'armée régulière et d'ex-soldats insurgés majoritairement tutsis qui répondaient jusqu'en janvier aux ordres du général déchu tutsi congolais Laurent Nkunda.

A la suite des combats des derniers jours, "41 éléments des FDLR se sont rendus", a affirmé le colonel Kahimbi, assurant que les FARDC gardaient le contrôle de toutes les localités de la zones, mais que des éléments Maï Maï et FDLR restaient positionnés autour.

Mercredi, le porte-parole des FDLR, joint par l'AFP à Bruxelles, a nié toute implication de son mouvement dans ces combats et appelé à une "enquête internationale" accusant les "éléments de Nkunda" d'être les "auteurs des crimes abominables en cours dans le Nord-Kivu".

"Nous ne déplorons aucun tué pour la bonne raison que ces combats n'ont pas eu lieu. Cela fait très longtemps que nos hommes n'ont pas été engagés dans des combats", a déclaré Anastase Munyandekwe, tout en reconnaissant la présence des FDLR au Nord-Kivu.

Considérés comme l'une des principales menaces pour la stabilité de la région des Grands lacs africains, les rebelles hutus rwandais, basés dans l'est de la RDC depuis plus de 12 ans, sont cependant très affaiblis par des désertions dans leurs rangs et par la perte du soutien qu'ils ont reçu pendant plusieurs années du gouvernement à Kinshasa.

De nombreux éléments des FDLR sont accusés par Kigali d'avoir activement participé au génocide rwandais de 1994 et qui a fait plus de 800.000 tués, essentiellement au sein de la minorité tutsie.

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 12:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur RDCongo: 11 tués dans de nouveaux accrochages entre armée et rebelles

Nouveau commentaire