LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

12 février 2007

L’UE et l’Afrique négocient des accords de partenariat économique

Louloumichel

A l’instar des Etats-Unis d’Amérique, l’Europe entend tourner le dos à l’aide pour privilégier le commerce dans ses rapports avec le continent noir   

L’Union européenne a tenu les 5 et 6 février derniers à Bruxelles des négociations commerciales ministérielles avec l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale. Celles-ci visent à instaurer progressivement des zones de libre-échange avec l’Europe à partir du 1er janvier 2008. L’objectif est de parvenir à conclure des accords de partenariat économique avec les différentes régions du groupe ACP (Afrique, Caraïbes et Pacifique). Selon RFI, la date limite du 1er janvier 2008 « a été fixée par l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour la suppression de toutes les préférences commerciales accordées depuis plus de trente ans par l’Europe aux pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique. Bruxelles juge les discussions de cette semaine positives,  soulignant que l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale se disent prêtes à respecter l’échéance de janvier 2008. Et cela, malgré les réticences d’organisations comme le ROPPA  (Réseau des organisations paysannes et des producteurs agricoles d'Afrique de l'Ouest), opposé à la signature d’accords économiques «à la va vite» avec l’Europe. Malgré aussi les réticences exprimées par certains officiels, comme le ministre du Commerce du Sénégal, absent de la réunion cette semaine. » La nouvelle attitude de l’Union européenne rejoint la position néo-libérale affichée depuis quelques années par les Etats-Unis d’Amérique dont le leitmotiv est « Trade not Aid ». Les néolibéraux sont convaincus qu’il est possible d’aider l’Afrique à se développer autrement que par des aides. C’est le commerce qui peut devenir le véritable moteur de développement de l’Afrique. Aujourd’hui, la part de l’Afrique dans le commerce mondial est d’environ 2% seulement. Mais on oublie trop souvent de dire que le commerce extérieur de l’Afrique est handicapé par le fait que les pays industrialisés consacrent des centaines de milliards de dollars américains par an en subventions dans des secteurs tels que l’agriculture, le textile, l’industrie alimentaire et les industries légères dans lesquels l’Afrique bénéficie d’avantages comparatifs. Outre le fait que ces pratiques gênent le commerce et  que   les   produits de  base   exportés sont   confrontés  à   la détérioration des termes de l’échange, le continent africain apparaît comme un simple exutoire des surplus subventionnés des pays développés. De même, les arrangements commerciaux particuliers qui permettent l’accès préférentiel de certains produits sur les marchés européens n’ont jamais été exploités à fonds. Un expert européen, Martin Dihm affirme dans le magazine « Courrier » de l’Union européenne qu’il est aujourd’hui clair que les tarifs douaniers préférentiels ou l’accès au marché, bien que potentiellement importants, ne sont pas suffisants pour générer le commerce. Bien sûr, ils offrent des opportunités, mais qui restent au stade d’opportunités parce que leurs bénéficiaires ne sont pas en mesure de les saisir. Par exemple, à quoi cela sert-il d’ouvrir l’accès au marché de l’UE si les exportateurs des pays ACP ne sont pas capables de conformer leurs produits à un certain niveau de qualité ou de fournir les quantités nécessaires, ou si ces exportations ne sont pas compétitives en raison de frais de port et de transport élevés, ou encore, en pratique, si les exportations des pays ACP ne remplissent pas les normes vétérinaires et sanitaires de l’UE ? La coopération en matière commerciale entre les pays ACP et l’UE doit être élargie afin d’inclure  tous  ces   aspects   dont  dépend le   commerce, qu’il s’agisse de mesures tarifaires ou non-tarifaires sur les marchés d’exportation, de domaines liés au commerce ou de politiques intérieures, ou encore des capacités de production dans les pays ACP.  Dans les communiqués qui ont sanctionné les réunions de Bruxelles, il est dit que la Communauté européenne et les deux régions d’Afrique (Afrique de l’Ouest et Afrique centrale) « soulignent à nouveau que l'objectif de l'APE (Accord de partenariat économique) est le développement. Elles s'engagent à prendre toutes les mesures nécessaires pour négocier un APE porteur de développement durable, qui approfondit l'intégration régionale et la bonne gouvernance économique, facilite le commerce et attire l'investissement privé dans la région, et en conséquence, renforce la croissance et crée de l'emploi. »

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 18:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur L’UE et l’Afrique négocient des accords de partenariat économique

Nouveau commentaire