LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

11 février 2007

Double nationalité : les concertations politiques sauvées de l’imbroglio créé par la CEI

untitledLe dossier sur la double nationalité, autour duquel le Bureau de l’Assemblée nationale tente présentement d’arracher un arrangement politique de la part de l’Alliance de la majorité présidentielle (AMP) et l’Union pour la nation (UN), a failli connaître un dangereux couac en cette fin de semaine.

Le verdict rendu hier vendredi par la Cour suprême de justice (CSJ), déboutant la CEI « pour défaut de qualité » dans son appel interjeté contre une décision de justice réhabilitant deux candidats MLC à l’élection des gouverneurs du Kasaï Occidental et du Kasaï Oriental, va contribuer à apaiser les esprits au Palais du peuple.

Par leurs arrêts, les Cours d’appel de Kananga et de Mbuji-Mayi ont, il y a quelques jours, rejeté la lettre de la CEI sollicitant le retrait des candidatures de Dominique Kanku (député national élu et gouverneur sortant du Kasaï Oriental) et Alexis Kande (député national élu du Kasaï Occidental)

IMBROGLIO

Invité de Radio Okapi, Dieudonné Mirimo a justifié cet appel, en indiquant que « la CEI ne conteste pas une décision de la justice, mais elle est contre les arrêts des Cours d’appel de Kananga et Mbuji-Mayi qui cassent une lettre administrative de la CEI ».

Selon le rapporteur de la CEI cité par la radio onusienne, « une décision de justice et une lettre administrative adressée à un parti politique sont deux choses différentes. Et que les deux Cours d’appel cités n’ont pas à s’y mêler ».

Saisie officiellement par la CCU et le RCD au sujet la supposée double nationalité des deux personnalités, la CEI a rappelé avoir « écrit pour que les partis politiques concernés puissent nous éclairer au sujet de ce dossier ».

La Cour suprême de justice a donc pris une décision judiciaire, qui a le mérite de contribuer à l’apaisement dont a besoin le Bureau de l’Assemblée nationale dans sa démarche visant à amener l’Alliance de la majorité présidentielle et l’Union pour la nation à s’entendre sur deal à même de sauver le fragile processus démocratique en cours en République démocratique du Congo. n », selon la même source.

SURSIS

Au ministre près le Premier ministre, la RFI a fait remarquer que l’Assemblée nationale est secouée par une très grosse crise parce que l’opposition bembiste veut rendre publique une liste d’une soixantaine de noms d’élus et de ministres qui ont une double nationalité. Ce qui est interdit par la Constitution.

Invité à dire « comment faut-il régler cette question très sensible ? », Godefroid Mayobo a renvoyé la question aux parlementaires.

« Là, il est question d’un problème législatif. Il vaut mieux qu’on pose la question aux responsables de l’Assemblée nationale et du Sénat, éventuellement ».

Ainsi responsabilisés, les députés et les présidents des groupes parlementaires doivent également tirer profit du sursis que leur accorde le verdit de la CSJ pour faire en sorte que cette première législature de la 3ème République ne démarre point sur des bases branlantes.

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 16:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Double nationalité : les concertations politiques sauvées de l’imbroglio créé par la CEI

Nouveau commentaire