LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

29 janvier 2007

BEMBA perd la ville de kinshasa...

liwanga

Le PPRD André Kimbuta, battu aux législatives de juillet dernier, a été élu gouverneur de la ville-province de Kinshasa samedi 27 janvier par l’Assemblée urbaine de la Capitale, créant la surprise alors qu’on attendait le triomphe du député national Adam Bombole, soutenu par l’ « Union pour la Nation » (UN), coalition pro-Bemba majoritaire. Il s’agit, sans nul doute, d’un revers pour le chef de la coalition de l’opposition qui misait sur la Capitale avec l’élection attendue d’un de ses proches. La surprise est d’autant grande que la plate-forme « Union pour la nation » avait la majorité dans l’Assemblée provinciale de Kinshasa. Dans un passé récent, Kinshasa avait voté à 70 % pour Jean-Pierre Bemba au second tour des présidentielles et plébiscité les candidats du cartel « Union pour la Nation » aux élections législatives, provinciales et sénatoriales. Le contrôle de l’exécutif urbain de Kinshasa par un membre du PPRD est une surprise. Selon un diplomate occidental en poste dans la Capitale, « les résultats de Kinshasa n’augurent rien de bon ». Et d’ajouter : « Logiquement, le MLC aurait dû l’emporter. Kimbuta, qui a été battu aux législatives, aura du mal à s’imposer dans une ville hostile au camp présidentiel ». Avec cette élection contre-nature, tout semble indiquer qu’il y aura  beaucoup de frustrations dans le camp de Bemba depuis sa défaite aux présidentielles. Les alliés qui composent le cartel « UN » contestent de plus en plus ouvertement les choix du « Chairman ». C’est le cas de la fronde de Charles Bofasa Djema, membre de l’ « UN » à Mbandaka qui soutenait Gabriel Bolenge Boponde au détriment du candidat de la coalition dans la course au gouvernorat de la province de l’Equateur, José Makila Sumanda. Le MLC n’échappe pas à ces remous. La démission de Yves Kisombe du secrétariat national du MLC serait une illustration. Cependant pour le président de la Commission électorale, l’abbé Apollinaire Malumalu, les élections se sont déroulées « sans incident ». Mais elles ont été reportées au 10 février prochain dans les deux Kasaï, à la suite de la mise en cause de la nationalité des deux candidats, Dominique Kanku (Kasaï oriental) et Alex Kande (Kasaï occidental). Sauf au Bas-Congo avec Mbatshi  Mbatsha (Indépendant, rallié à l’AMP) et l’Equateur avec le MLC José Makila, tous deux élus gouverneurs, la coalition pro-Kabila rafle, au total, huit postes de chefs des exécutifs provinciaux sur neuf mis en compétition. Il s’agit de Richard Ndanu (PPRD) au Bandundu, Moïse Katumbi Tshapwe (PPRD) au Katanga, de Julien Paluku Kahonga (RCD/KML de Mbusa Nyamwisi) au Nord-Kivu, de Célestin Cibalonza (PPRD) au Sud-Kivu, de Didier Manara (PPRD) au Maniema, de Médard Autsai (PPRD) à la Province Orientale. Un seul tour, au lieu de deux comme le prévoit la loi, a suffi aux 690 députés provinciaux pour élire ces gouverneurs. Ceux-ci ont un mandat de cinq, renouvelable une fois. Après les législatives et les sénatoriales, la mise en place des exécutifs provinciaux confirment la domination du camp de Kabila. L’opposition institutionnelle semble réduite de plus en plus dans un mouchoir. Cette situation parait dangereuse pour une démocratie qui va fonctionner sans opposition réelle. Percevant certainement le danger qui se profile à l’horizon, le nouveau secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon, en séjour à Kinshasa, a plaidé, à juste titre, pour l’émergence d’une « véritable opposition politique ». Sera-t-il entendu ? Rien n’est moins sûr.

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 12:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur BEMBA perd la ville de kinshasa...

Nouveau commentaire