LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

30 décembre 2006

Le MLC de Jean-pierre Bemba dénonce la boulimie politique de l'AMP

L'élection du bureau définitif de l�Assemblée nationale a effectivement pris fin hier vendredi 29 décembbembakepire, avec le vote au second tour de M. Modeste Bahati Lukwebo au poste de questeur de cette institution parlementaire.

Modeste Bahati Lukwebo, membre du bureau en charge des finances n’a pu être élu, le même jour d’hier que vers 2 H00’, car personne parmi les quatre candidats restés en lice n’a pu obtenir la majorité absolue des 436 voix exprimées, c’est-à-dire 218 plus une voix. Modeste Bahati Lukuebo ayant bénéficié de 203 suffrages, Mmes Vicky Katumwa et Georgette Agadi respectivement de 117 et 64 ainsi que M. Kembukuswa Ne Nlaza de 40. Quant à M. Logo Mugenyi, il a obtenu 4 voix. 24 bulletins étant déclarés nuls.

Comme on peut le constater, la machine de la coalition AMP-Palu (Parti lumumbiste unifié)-Udemo (Union des démocrates mobutistes) a tourné à plein régime au point d’écraser l’Union pour la Nation (UN) et les autres plates-formes politiques de l’opposition. En effet, tous les postes à pourvoir ont été raflés haut la main par la coalition ayant porté le président de la République au pouvoir. Ce, au premier tour. Hormis cette grippe au niveau de la questure qui a renvoyé le premier et le deuxième au second tour.

Se confiant à la presse, le député MLC José Makila a reconnu le ravage du rouleau compresseur « coalition présidentielle ». Situation qu’il a déplorée devant la presse pendant les scrutins. Encore une fois, soutient-il, l’AMP vient de ternir, une nouvelle fois, l’image de l’Assemblée nationale. « Je vous prends à témoin », a dit José Makila. Avant de faire remarquer qu’ « on a assisté à une boulimie politique de la part de l’AMP. » Et de poursuivre : « Nous assistons impuissamment à l’écrasement des partis minoritaires de cette Assemblée nationale. Quand vous voyez les gens qui sont élus, vous remarquerez que des provinces entières sont oubliées. » Et d’interroger : « Croyez-vous que les électeurs de la province Orientale ne peuvent pas être représentés dans ce bureau. » Il en est de même, a avancé l’ancien ministre des Travaux publics et Infrastructures, des provinces de l’Equateur et du Nord-Kivu. « Prenez seulement la liste (NDLR : reprenant les noms des candidats AMP-Palu-Udemo aux différents postes) qui a circulé au sein de l’Assemblée nationale et vous serez édifiés », a-t-il fait valoir, notant que « c’est malheureux et honteux. »

UN BUREAU MONOCOLORE

Tout compte fait, le Mouvement de libération du Congo (MLC) et l’Union pour la Nation, a souligné José Makila, vont tirer toutes les conséquences de ce qui vient de se passer. Il a insisté sur le fait que « l’AMP veut tout simplement écraser l’Union ou d’autres formations politiques. » Maintenant qu’elle a la globalité du pouvoir, le peuple congolais verra ce que l’Alliance de la majorité présidentielle fera de ce pays, a-t-il déclaré.

De son côté, Yves Kisombe, candidat malheureux au poste de rapporteur adjoint, abondant pratiquement dans le même sens, a fait remarquer que les affinités politiques, les mots d’ordre ont joué. Le vote étant secret, a-t-il ajouté, « il peut y avoir des nuances, un suivi plus ou moins fort du mot d’ordre ou un suivi catégorique. Peu importe. » Et de poursuivre : « Mais ceux qui pensent comme moi savent que le bureau a la vocation de représentativité. S’il doit être monocolore, c’est dommage pour la démocratie. »

Pour sa part, le 2ème secrétaire général adjoint du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), M. Mwangu Macaire, a indiqué que le vote a été très démocratique. Il pense qu’il n’y a rien à redire. Comme d’aucuns le pensent, a-t-il fait observer, la minorité n’a pas été écrasée. « C’est l’expression de la majorité des électeurs députés qui s’est exprimée », a-t-il avancé. Et cela d’une manière qui dépasse parfois le politique. Macaire Mwangu estime que la démocratie est en train de gagner du terrain en République démocratique du Congo. Pour lui, cette élection du bureau définitif constitue, pour ce faire, une belle illustration. Tout le monde s’est exprimé librement pour ce vote secret. Et bien que la démocratie soit la loi de la majorité, elle doit protéger la minorité, a relevé Macaire Mwangu. « On verra ce qu’on pourra faire pour ceux qui n’ont pas eu accès au bureau définitif », a-t-il déclaré. Après avoir rappelé que les commissions et les sous-commissions de tous les secteurs de la vie nationale sont-là. Et que la politique étant dynamique, « on verra ce qu’on pourra faire », a-t-il dit en substance.

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 22:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Le MLC de Jean-pierre Bemba dénonce la boulimie politique de l'AMP

Nouveau commentaire