LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

27 décembre 2006

Premier Ministre : La nomination cette semaine

gizenga_antoine_dEntamées en milieu de semaine dernière, les consultations organisées par Antoine Gizenga, en tant qu’Informateur nommé par le Président de la République le 19 décembre, ont pris fin, a appris Le Phare de source digne de foi. Aux termes de l’article 78 de la Constitution du 18 février, l’Informateur avait pour mission, dans un délai de 30 jours renouvelable une seule fois, d’identifier une coalition parlementaire susceptible de soutenir le prochain gouvernement.
Démarrées sur les chapeaux de roue par Antoine Gizenga dans sa résidence de Limeté, ces consultations ont permis au secrétaire général du Parti Lumumbiste Unifié d’identifier, après avoir réceptionné les listes des députés de chaque plate-forme et/ou formation politique, la coalition qui va devoir former le premier gouvernement de la IIIme République. Le rapport de ces consultations devrait être déposé au Président de la République en ce début de semaine s’il ne l’a pas été durant le week-end.

Une majorité de 332 députés

Sans être exhaustif, on a vu défiler à la résidence d’Antoine Gizenga des personnalités représentant l’Alliance pour la Majorité Présidentielle, le PPRD, l’Union des Démocrates Mobutistes, les Forces du Renouveau, la DCF-COFEDEC…Au total, le secrétaire général du PALU a pu comptabiliser une liste de 332 députés sur les 500 que compte l’Assemblée Nationale.
Les plus grandes forces qui composent cette coalition sont l’AMP avec 197 députés (dont 111 PPRD, 27 MSR, 26 Forces de Renouveau, 10 « CODECO », 8 DCF/COFEDEC, 2 ARC…), le PALU avec 34, l’UDEMO avec 9, etc. Le RCD a fait part de sa volonté de soutenir la coalition, laisse-t-on entendre dans l’entourage de l’Informateur, tandis que l’Union pour la Nation, forte de ses 112 députés, s’est résolument située dans l’Opposition. 41 députés ont été classés flottants, c’est-à-dire sans couleur ou appartenance politique clairement définie.

Le Premier Ministre cette semaine
332 députés, c’est tout de même légèrement en deçà de certaines estimations qui affichaient triomphalement le compteur à plus de 350 députés. « On peut penser que certains députés indépendants n’ont plus voulu confirmer leur adhésion en raison d’une gestion plutôt délicate des ambitions au sein de la coalition », a tenté d’expliquer un observateur politique. Reste que les lignes de la coalition identifiée par Antoine Gizenga Fundji demeurent conformes aux accords électoraux signés par les différents partis et plateformes de la coalition durant la campagne du deuxième tour. Ce qui a facilité le travail du secrétaire général du PALU. Le fait est suffisamment significatif pour être souligné : jusque là, le chef de l’Etat ainsi que les principales forces de la coalition respectent globalement leurs engagements. Ce qui constitue un point positif, dans la mesure où la meilleure façon de mal démarrer le mandat eut été de se dédire, de semer le doute et la cacophonie au sein de la coalition gouvernementale.
Parce qu’il faut battre le fer quand il est chaud, on estime dans la ville haute que le chef de l’Etat devrait, après avoir reçu le rapport d’Antoine Gizenga, passer à l’étape suivante en confirmant rapidement ce dernier comme Premier Ministre. Certaines indiscrétions vont même jusqu’à affirmer que Joseph Kabila devrait signer l’ordonnance ad hoc avant la fin de cette semaine, de sorte à présenter un premier bilan concret de cette période dans son message de vœux à la Nation.
Selon les mêmes sources, Antoine Gizenga disposera alors d’un délai d’environ deux semaines – jusqu’à la mi-janvier 2007 - pour boucler la mouture gouvernementale. Un autre exercice délicat qui attend le secrétaire général du PALU, dont on réaffirme, dans son entourage, la volonté de lancer des signaux clairs sur son engagement à lutter contre l’impunité, et à œuvrer pour l’Etat de droit ainsi que la bonne gouvernance. Ce qui pourrait le conduire à nommer des ministres même en dehors de la coalition, estime-t-on dans certains cercles. A 81 ans, l’ancien adjoint de P.E. Lumumba sait qu’il n’a plus droit à l’erreur.

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 14:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Premier Ministre : La nomination cette semaine

Nouveau commentaire