LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

21 décembre 2006

GIZENGA, PREMIER MINISTRE : RIEN N’EST ACQUIS D’AVANCE

88584Apparemment, le secrétaire général du Palu semble s’en réjouir : « J’ai été chargé par le président de la République, chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange, d’une mission d’informateur. J’ai accepté et je vais m’y mettre pour que, dans un délai raisonnable, je puisse avoir des éléments nécessaires pour désigner un formateur du gouvernement ».

Antoine Gizenga a-t-il cerné la mission qui lui est confiée ? Possible car, il déclare, en substance : « Je vais me mettre à recevoir des groupes politiques avec lesquels nous allons voir comment nous avons la majorité. Effectivement, ça ne sera pas chose tellement difficile, mais nous devons le réaliser pour permettre au chef de l’Etat de choisir un Premier ministre formateur du gouvernement ».

La nomination du secrétaire du Palu en qualité d’informateur donne lieu à une série de constats. D’abord, elle révèle qu’il n’existe pas de majorité parlementaire, contrairement aux prétentions des ténors de l’AMP. Celle-ci doit encore être identifiée par l’informateur nommé. Ensuite, rien n’est acquis jusque-là concernant la désignation d’Antoine Gizenga par son parti comme Premier ministre. Cette désignation n’a pas été approuvée automatiquement, eu égard à l’accord signé avec Joseph Kabila.

Enfin, une trêve dans les tractations engagées était nécessaire pour trouver un terrain d’entente. Comme qui dirait, la nuit porte conseil. Une nuit qui s’annonce très agitée, au regard des ambitions et sollicitations de toutes sortes.

Par ailleurs, d’aucuns laissent entendre que la nomination du secrétaire général du Palu en qualité d’informateur ne serait en réalité, qu’une manœuvre dilatoire tendant à gagner du temps par rapport à l’installation effective des institutions de la 3ème République. Antoine Gizenga a-t-il raison d’accepter d’être informateur sans compromettre sa future nomination de Premier ministre ?

Certains observateurs se montrent circonspects à ce sujet. Ils se demandent comment un formateur de gouvernement désigné, sur la base d’un accord politique non encore remis en cause (du moins officiellement), peut-il accepter de jouer au doublon. La vraie mission du secrétaire général du Palu serait-elle pas de procéder, en sous main, aux consultations pour la formation du gouvernement loin des regards indiscrets? D’autant que la Constitution reste muette sur la manière concrète dont l’informateur va identifier la majorité à l’Assemblée nationale.

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 15:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur GIZENGA, PREMIER MINISTRE : RIEN N’EST ACQUIS D’AVANCE

Nouveau commentaire