LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

13 décembre 2006

Me Nlandu Mpolo, prisonnière de Joseph Kabila ( ? )

M_T_Nlandu

Maître Marie-Thérèse Nlandu Mpolo Nene est, peut-être, privée de liberté pour avoir « offensé» Joseph Kabila. L’avocate vient allonger la longue liste des Congolais qui ont osé houspiller la conspiration du silence qui entoure l’énigmatique  parcours personnel du « président élu »  de la RD Congo.

« L’affaire Nlandu est un grossier montage  à l’image de l’affaire Kuthino». C’est l’opinion invariablement exprimée par des observateurs tant à Kinshasa qu’à l’étranger. Près d’un mois après l’arrestation spectaculaire de Marie-Thérèse Nlandu Mpolo Nene, un des 33 candidats à l’élection présidentielle et conseil du vice-président Jean-Pierre Bemba, le mystère reste entier sur les faits répréhensibles imputables à ce membre du barreau de Kinshasa.  Le 21 novembre dernier, Marie-Therèse Nlandu, a été enfermée dans un des cachots des services spéciaux de la police alors qu’elle était à la recherche de ses collaborateurs en ce lieu redouté par les Kinois. Dirigée par le « colonel » Raüs Chalwe Ngwashi, cette unité de la police, formée notamment par la coopération technique française, dépend directement de Joseph Kabila.  Les griefs articulés à l’encontre de cette avocate et de ses proches sont d’une légèreté à l’image  de la décrépitude ambiante : « terrorisme ». Ni plus, ni moins. Me Nlandu  est, le plus sérieusement du monde, accusée de « détention d’armes de guerre et de grenades ». Ces proches parlent de « monumentale affabulation ». L’incendie du bâtiment de la Cour suprême de justice aurait été imputé aux membres de son entourage. Dans son édition datée de jeudi 30 novembre, l’hebdomadaire satirique bruxellois « Père Ubu » publie un document qui jette un éclairage nouveau sur cette affaire politico-judiciaire. Il s’agit d’une « lettre ouverte» que la prévenue avait adressée à la « communauté internationale » à la veille du premier tour de l’élection présidentielle qui s’est tenu le 30 juillet 2006. 

Zones d’ombre

L’authenticité de ce document a été attestée par les membres de la famille Nlandu qui résident en Belgique. « En notre qualité de femme politique, et candidate présidente de la RD Congo, (…), avons l’honneur de vous adresser la présente requête », écrit Me Nlandu en soulignant que « la question de la crise congolaise doit revêtir nécessairement une dimension d’ordre éthique ». C’est ici que la femme politique  sort l’artillerie lourde. Elle déverse un « tapis de bombes » dans le camp du chef d’Etat sortant en rappelant au passage « la persistance des zones d’ombre » sur la personne du président-candidat mais aussi sur le doute qui plane sur l’identité réelle de celui-ci qui est « de plus en plus appelé Hyppolite ou Christopher Kanambe ». Rien que des sujets qui fâchent. Après avoir relevé que « Joseph » est  « de nationalité rwandaise » et qu’il tire sa force du soutien de certaines puissances financières de la communauté internationale, Me Nlandu poursuit son pilonnage en s’attaquant à « l’entourage ». Pour elle, étant donné que des membres de l’ « entourage immédiat »  de Kabila ont été accusés « de corruption et d’indélicatesse dans la constitution d’une immense fortune personnelle sur le dos du peuple congolais », la communauté internationale  doit astreindre Kabila à faire, avant son investiture, une déclaration sur l’honneur  de n’avoir jamais posé un « acte d’indélicatesse ou de corruption dans la constitution de sa fortune personnelle ». Et qu’il n’a jamais « commis d’actes illicites ou indirects avec le groupe Forrest et qu’il n’a pas placé de fonds personnels en Tanzanie et à Dubaï ».

Transactions fatales

L’avocate se fait plus incisive en exigeant des preuves établissant que Joseph  n’est nullement impliqué dans des actes de corruption au Congo et qu’il est exempt de tout soupçon dans les transactions dites « fatales » entre autres. Elle les énumère :  l’emphytéose Moanda, contrats miniers, la vente du sol et sous-sol congolais, la gestion des entreprises publiques dont la disparition de 32 millions de dollars US payés par le Congo Brazza à la Société  nationale d’électricité (SNEL), les fonds destinés aux hôpitaux du Congo-Kinshasa dans le budget 2005, les 12 millions de dollars US donnés au Mouvement Social pour le Renouveau (MSR) pour manipuler les élections, toutes les ventes suspectes de terre pendant la Transition du reste considérée comme période suspecte.  Ce chapelet de griefs a sans doute été perçu par le « camp kabiliste » comme une attaque frontale. « Marie-Thérèse » ne s’arrête pas en si bon chemin. Elle va plus loin en remuant le passé de Joseph Kabila. Et ce, depuis la guerre dite de « libération » à ce jour. Elle recommande à la communauté internationale d’exiger au président-candidat de prouver « qu’il n’a jamais été impliqué dans des abus de droits de l’homme, divers assassinats et crimes contre l’humanité ». Elle épingle des cas spécifiques : la  « disparition » de « 200 à 500.000 Hutus » pendant l’avancée de l’Afdl de 1996 à 1997 dans l’axe Goma-Kisangani. Ajoutant que Kabila doit démontrer « qu’il n’est ni de près ni de loin concerné par la mort de 5.000.000 de Congolais depuis 1996 à ce jour, qu’il n’est pas lié en tant que Commandant suprême des Fardc à l’exécution sommaire du colonel Tsheke Muadi, commandant Mamba Tshiaba, Officier S3 Ilenda Désiré, ni du Commandant de compagnie Etende ». Me Nlandu de conclure en abordant le sujet hautement sensible relatif aux origines familiales de Joseph Kabila en invitant celui-ci à infirmer ou à confirmer « sa filiation vis-à-vis de sa mère biologique Marcelline Katerebe Mukambuguje et de son père Christopher Kanambe ». Enfin, que Joseph « publie et signe sous serment » son curriculum vitae détaillé avec précision des années, des noms des écoles et lieux, les types d’études, des titres académiques acquis, des références de ses professeurs et témoignages de ses collègues de classe.

Secret d’Etat

Après le pasteur Fernando Kuthino et son mouvement « Sauvons le Congo » et l’avocat-pasteur Théodore Ngoy wa Nsenga, Marie-Thérèse Nlandu vient allonger la liste des Congolais confrontés à la violence d’Etat pour avoir dit haut et fort la vérité sur l’actuel numéro un du pays. A Lubumbashi, le défenseur des droits humains Golden Misabiko vit en clandestinité pour avoir écrit dans une lettre ouverte que Joseph Kabila porte une fausse identité. Les membres de la famille biologique de Laurent-Désiré Kabila n’échappent pas à cette règle.  C’est le cas notamment d’Etienne Kabila, exilé en Afrique du Sud, et du candidat député provincial John Kabila Taratibu. Participant, mardi 20 juin dernier, à l’émission «Tosolola» de la Radio Lisanga-Télévision à Kin, « John » avait publiquement contesté l’appartenance de « Joseph » à la famille biologique de feu LD Kabila. Son habitation fut attaquée par des hommes non autrement identifiés. L’homme ne dû son salut qu’à une fuite éperdue. En un mot, la vie passé du successeur de Mzee est élevée au rang de secret d’Etat le mieux gardé du pays. Le « président démocratiquement élu » avait promis, dans une interview accordée au quotidien « Le Soir » daté du 17 novembre,  de régler quelques vieux comptes avec ceux qui l’avaient chahuté durant la campagne électorale. « Le plus difficile pour moi, ce fut la souffrance de ma famille (…). J’ai vu la souffrance de ma mère, de mes sœurs, de mes frères. Moi, je pouvais supporter les critiques. Mais les calomnies, les mensonges, les contrevérités, c’était plus difficile », déclarait-il. Lors de la conférence-débat organisée, samedi 9 décembre à Bruxelles, par le Cercle des étudiants congolais de l’ULB, Fidèle Babala, directeur de cabinet du vice-président Jean-Pierre Bemba, a été abondamment questionné sur l’arrestation de Marie-Thérèse Nlandu. Certains intervenants n’ont pas manqué de vitupérer, à tort ou à raison, la « mollesse » que semble afficher le cartel « Union pour la Nation » - préférant jouer la carte de la légalité - face à ce dossier touchant aux droits et libertés bafoués d’un de ses membres. « Nous nous occupons du cas de Marie-Thérèse Nlandu, a dit Babala. Nous en ferons au moment opportun un casus belli ». En attendant, disent des analystes, « Me Nlandu peut être considérée comme  la « prisonnière personnelle » de Joseph Kabila ».    

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 14:26 - Commentaires [6] - Permalien [#]

Commentaires sur Me Nlandu Mpolo, prisonnière de Joseph Kabila ( ? )

  • ARRESTATION DE MADAME NLANDU - BANNISSONS LA DEMAGOGIE

    JUSTICE POUR TOUS - BANNISSONS LA DEMAGOGIE -
    RESPONSABILITE PENALE DE MADAME NLANDU

    Mes chers compatriotes,

    La loi ou toute exigence ayant une telle force doit être confectionnée par le législateur ou toute autre institution ayant telle compétence.

    Au nom de quoi, Madame Nlandu doit s'ériger en législateur ?

    Avocat qu'elle est, son raisonnement n'est que politique et non guidé par une essence intellectuelle ou d’intérêt général.

    Dans toute circonstance, nous, zaïrois ou congolais, devons nous affranchir de la démagogie, de la désinformation, l'intoxication et toutes les ribambelles de fausseté.

    Mettre en application les différentes pulsions de Madame Nlandu serait-elle conforme à loi ?
    La réponse est non.
    En ce sens, notre avocat doit s'efforcer de faire passer ses pulsions pour LOIS en suivant la procédure parlementaire prévue à cet effet.

    Mes chers compatriotes, modéré que je suis, je trouve déplacé et même honteux la qualité des interventions nos politiques. Ils déversent des idées nauséabondes, appelant la disparité, à l'insouciance...
    Nos politiques doivent comprendre que la procédure électorale s'achève avec un élu et un perdant. C'est le jeu démocratique. Comme notre démocratie est jeune, ils doivent participer à l'éducation politique de nos concitoyens, en portant des idées nouvelles, surtout un effort d'explication.
    Par contre, ils (nos politiques) doivent bannir l'idée selon laquelle qu'ils détiennent la vérité.

    Or, Madame Nlandu présente toutes les caractéristiques citées supra.

    Prenant tous ses griefs :

    S'il y a contentieux de la nationalité, Madame Nlandu doit comprendre qu'elle n'a aucune compétence pour en décider, ni moi, ni quelqu'un d'autre. Seul un juge saisi pourra nous livré cette vérité.

    Chronologiquement, Kabila a été chef d’état-major :

    • A l’époque, personne n’avait soulevé sa qualité d’étranger.
    • Après la mort de Kabila Père : Il a assumé la fonction présidentielle bien que personnellement, je m’oppose à sa désignation car, les affaires de L’Etat ne doivent pas être gérées de la même façon qu’une succession.
    • A cette époque, tout le monde s’est accordé de dire que Le Zaïre n’est pas un royaume ou un empire où le fils doit monter au trône pour succéder au père.
    • Bref, jusqu’à cette époque, Kabila était encore congolais ou zaïrois, et bien attendu fils Laurent D. Kabila.
    • Les élections venues, nos politiques non rodés à la démocratie, confèrent à Kabila la qualité d’étranger, croyant que tout congolais s’alignera sur leur vérité. Ce thème de la congolité restera le point central de la campagne électoral. Certain ; connu pour avoir professé le thème de l’ivoirité puis chasser par les ivoiriens car ces derniers ont compris que l’extrémisme ne conduit qu’à la division ; s’est donné le plaisir d’offrir comme consigne aux congolais « entre un frère et un étranger, le choix est clair… »


    Quant à la mauvaise gestion : S’il y a eu malversation, vol, détournement…. Ces différents actes doivent être sanctionnés afin que les politiques puissent différencier les deniers publics et leurs biens propres. A ce sujet, aucun doit se jeter des fleurs, ni l’AMP et l’UN. Ces deux plates-formes sont fourbues par des trafiquants de tout genre.
    De même pour Bemba, qui a ruine ma région de l’Equateur.

    Concernant les atteintes à l’intégrité physique : Nous déplorons fermement ces atteintes et en ce sens, la justice doit s’en saisir sans tarder.
    La question relative à la publication des actifs appartenant à Kabila : Plusieurs démocraties prévoient une déclaration d’actifs, notamment la France.
    Cette procédure vise à écarter les malversations ou toute idée de profit personnel au lieu de l’intérêt général.



    Quant aux titres universitaires de Kabila: Ce point n'est nullement une condition pour candidater aux présidentielles. Si ses diplômes sont faux, malheur à lui de n'avoir pas connu le monde de savoir par excellence qui est l'université.
    Mais ce point a aussi une certaine importance car le président doit avoir des capacités intellectuelles certaines, de rédaction et de synthèse. Mais à noter que, sauf erreur de ma part, la constitution du Congo n’en prévoit rien de tel.

    Sur le plan social ou d’équité, Madame Nlandu a agi avec son âme et conscience et en possession de ses différentes facultés intellectuelles et mentales. Cette constatation permet à la justice de délibérer sur son cas.

    Imaginons que ces différentes actions ont été posées par un simple CITOYEN ! Qu’en dira-t-on ? N’est-ce pas qu’il s’agit d’un délinquant, un bandit ou un shegé (enfant de la rue à Kinshasa, n’ayant aucune éducation, étant sans discernement…)

    Or, en l’espèce, il s’agit d’une personne lettrée, possédant toutes ses facultés au moment ou elle conduit ses actions. Ne cédons pas à la tentation, de dire que cet acte est purement politique ! Il s’agit du BANDITISME ET DOIT ETRE POURSUIVI COMME TEL.
    A cet effet, lors de la qualification des faits, le juge devra prendre en compte les circonstances aggravantes càd actions commises en réunion, en bande organisée, destinée contre une autorité protégée ou dépositaire d’une mission de service public ; destruction du domaine public…

    Sans concession, la justice doit être exemplaire car de cette action, l’autorité de l’Etat devra être restaurée. Cela permettra à nos politiques de comprendre que leurs actions politiques doivent être en conformité avec les lois de la République.


    De tout ce qui précède, j'appelle à toutes nos sœurs et à tous nos frères initiés et ayant bonne conscience de faire comprendre à nos concitoyens que la démagogie, l’intoxication, la désinformation, le dogme prôné par Madame Nlandu est en contradiction totale avec notion d’intérêt général que tout congolais doit mettre en avant ; qu’en ce sens, la démocratie a ses revers que nous devions acceptés.



    M. A.
    Juriste
    Paris – France

    Posté par LOLAMA, 19 décembre 2006 à 11:43 | | Répondre
  • BEMBA ET SES MILLIONS EN EUROPE !

    BEMBA ET SES MILLIONS EN EUROPE


    Bemba évacué vers l’Europe pour une simple entorse !

    Qu’en pense le petit travailleur congolais, n’ayant aucun salaire pour vivre ?
    Malheur sera sa réaction ! Car dans un Etat où un Vice-Premier Ministre ; ayant une fortune provenant du pillage de nos deniers publics ; s’envole pour l’Europe pour se faire soigner démontre à quel point le Congo est par terre.

    D’où vient son avion privé ? N’est-ce pas de pillage et détournement !

    Le petit congolais travailleur, sans salaire, ne pourra que constater à quel point celui qui voulait être Président de la République, n’a aucune conscience, ni souci pour son pays. A –t-il eu déjà l’idée ou au moins pensé que les soins médicaux font défauts dans notre pays.

    Sans surprise, la réponse est NON. Bemba est IRRESPONSABLE.

    Bemba a toujours songé comment revenir en force pour mieux piller les deniers congolais ! Il dispose d’un avion, à lui tout seul… L’Etat congolais en dispose de combien ?
    Ma région de l’Equateur, précisément Bumba a subi plusieurs pertes humaines et économiques suite aux turpitudes de ce dernier. Lors de marche de rebelle (pour ne pas dire rébellion car cela suppose une cause noble à défendre…), Bemba et ses troupes ont été sans pitiés. Malgré les divers détournements de son père J Bemba et de lui-même, Bemba a toujours besoin d’argent !

    Pourquoi faire ?

    Surement, les ngbandis n’ont jamais accepté la fin de leur règne càd départ de Mobutu. Par là, ils cherchent par tous les moyens pour continuer l’œuvre destructrice inachevée de Mobutu.

    Pendant qu’il se soigne au Portugal, des congolais malades de paludisme crèvent chaque jour car ils sont dans l’impossibilité d’approcher le coût de soins médicaux. N’en parlons pas pour nos frères et sœurs souffrant de maladies incurables.

    Toute la richesse de ce pays doit être mise sous disposition de Bemba !!! Pour une simple entorse, il a droit aux soins médicaux au Portugal. D’ailleurs, d’après la dernière information que j’ai, l’intéressé se trouverait entre France, la Belgique ou la Suisse.

    Mes chères sœurs et frères, quelle sera votre réponse si Bemba souffrirai du paludisme ? Surement, avec la fortune que les voleurs ngbandis se sont construits, ils ne manqueront pas de faire appel à tous les éminents médecins du monde.
    Me semble t-il qu’au Congo, nous disposons aussi de médecins ! Vous découvrirez vous-même que Bemba est tout sauf un PATRIOTE.
    Fidel CASTRO, agonisant sur son lit d’hôpital, est alors un vrai PATRIOTE ! Car il démontre, même avec nuance, qu’il mène la même vie que son peule et se fait soigner dans son propre pays.

    Compte tenu de cette démonstration, j’appelle à toutes nos sœurs et frères, ayant bonne conscience, de faire écho à tous les congolais sur la réalité de Bemba qui mène une vie royale alors les congolais croupissent dans leur malheur.


    M.A. LOMAMA
    Juriste
    Paris - France

    Posté par LOLAMA, 19 décembre 2006 à 14:33 | | Répondre
  • à l'attention de Lolama

    Chère Lolama,

    Avant de juger Me Nlandu et avant de croire en ces inculpations, j'en suis sûre qu'on vous a appris à l'université de d'abord relater les faits (avec plusieurs sources!!!) et puis en tirer une conclusion. Je suis l'affaire Nlandu de près et je peux vous dire que la réalité est tout autre. Il s'agit d'un complot militaire dans un pays où la corruption règne au sein du top politique. Me Nlandu a été arrêtée arbitrairement à cause de son opposition par rapport au président Kabila. En Belgique, où la démocratie règne - qu'on ait tort ou raison - on peut s'exprimer librement et peut être qu'un homme politique devra se justifier devant le parlement, mais RIEN ne justifie une arrestation suite à une conviction d'une personne comme c'est le cas au Congo. Les droits de l'homme sont gravement violés dans un pays qui est sensé être démocratique. Je me pose des questions sur le fameux "D" dans votre RDC...

    Kenza, juriste, Belgique

    Posté par kenza, 19 décembre 2006 à 19:03 | | Répondre
  • Attendons voir

    Cher Kenza, je suis tout de même impressionné par vos arguments de juriste mais le fond même de ces arguments ne me parait pas impressionnant. Quand Madame Mme Landu a été appréhendée, les gens disaient que Kabila avait peur et voulait à tout prix intimider et faire taire l'opposition qui gagnait les élections. Les résultats ont été publiés en faveur du jeune Président. Si jamais l'arrestation de Mme Landu était politique, Kabila devrait la relacher parce que celui-ci n'aura rien à gangner en la détenant. Après tout Mme Landu n'est pas une ménace politique. A mon avis, la juriste représente un danger à la sureté de l'Etat c'est la raison pour laquelle elle est encore incarcérée. Attendons le verdict de son procès pour mieux tirer des conclusions.

    Posté par pierre2, 20 décembre 2006 à 00:31 | | Répondre
  • A KENZA, suite à votre intervention sur l'affaire Me NLandu

    Bonjour Mon cher Kenza,

    Vos observations révèlent une certaine légèreté de votre compréhension suite à mes propos.

    Pour vous opposer à mes dires, vous mentionnez l’existence d’un complot militaire à l’encontre de Me Nlandu, mais sans pour autant relater les faits, qui me permettront d’apprécier la véracité de vos propos.

    Suivre cette affaire de près comme vous l’écriviez, n’en vous donne pas le droit ou le monopole d’avoir raison ! Si vous aviez analysé mon intervention, j’ai soulevé ce débat : en posant la question de savoir si de tels agissements étaient le fait d’un simple « CITOYEN » ou « d’un shegué ». Qu’en dira-t-on ?

    Pour que le pouvoir en place monte un complot contre Me Nlandu, celle-ci doit présentée un intérêt ou une crainte réelle. En réalité, la réponse est NON. Me Nlandu ne dispose pas d’un charisme politique pouvant gêner le pouvoir en place. Son opposition à Kabila doit se manifester en conformité avec LA LOI.

    Dans vos propos, vous argumentez ou prenez partis pour Me Nlandu, en ce sens « RIEN ne justifie une arrestation suite à une conviction d'une personne ». sic
    Il s’agit alors d’une compréhension erronée ou d’une confusion de votre part:
    • L’arrestation de Me Nlandu n’est pas politique. Elle a été appréhendée par les forces de l’ordre suite aux atteintes (troubles, pillage, destruction …) qui ont eu lieu à la CSJ.
    • Trouvez vous juste que cette dame puisse être accompagnée par des personnes armées dans l’enceinte de la CSJ?
    • Pour quelle raison ces personnes étaient armées? Pour faire pression aux juges !
    • De surcroit, en sa qualité d’avocate, des circonstances aggravantes devront être retenues en son encontre, le juge appréciera les faits en tenant compte qu’elle savait pertinemment que l’activité de port d’arme était réglementée.
    • Sans surabondance d’arguments, la démocratie que vous invoquez : La démocratie impose le respect à la LOI. Or, Me Nlandu fait défaut sur ce point.
    • Les droits de l’homme que vous invoquez à tort pour justifier le turpitude de Me Nlandu : Les droits de l'homme sont les prérogatives reconnues aux individus, considérées comme inhérentes à la personne humaine et essentielles à la démocratie et à la paix, par conséquent reconnues par des normes de valeur constitutionnelle et/ou par des conventions internationales, afin que leur respect soit assuré, même contre l'État. Croyez-vous alors les incriminations reprochées à Me Nlandu sont contraire aux droits de l’homme ? Vous comprendrez que sans doute, les agissements de Me Nlandu étaient de nature à apporter atteinte à l’ordre public, destruction du domaine public, atteinte ou pression contre une personne dépositaire d’une mission de service public, atteinte à l’autorité de la Justice…

    Pour en finir, Me Nlandu ne représente aucun danger face au pouvoir existant. Si complot devrait être fomenté, il pouvait être dirigé contre la personne de Bemba, contre Zanga M, contre Kizenga, ou même contre Me ALOU Bonioma… ?

    Comme conseil, nous devons guidez notre population et même nos politiques à exercer dans le respect de LOI qui doit être la même pour tous, car nos politiques pensent à tort être au dessus de LOI, en mettant en avant leur qualité d’homme ou femme politique.

    Bien à vous

    M.A. LOLAMA
    Juriste
    Paris – France.

    Posté par LOLAMA, 22 décembre 2006 à 11:20 | | Répondre
  • Remerciement a Mr Kenze

    Mr Kenze,

    S'il vous plait! J'utilise le clavier britanique lequel n'est pas flexible pour l'accentuation.

    Je vous remercie vivement au sujet de vos arguments qui touchent le sommet de la montagne en terme de quels vous nous avez oriente a comprendre certains points ombrageux pour la restation arbitraire de Mrs Marie-Therese Nlandu Mbolo Nene.

    Bien plus, Je vais chercher a rediger a notre compatriote LOMANA.
    May Christ-Jesus the raisen God bless you and your family.

    From Evangelist and Economist of London University, Paradise Ndomba.

    Posté par Paradise Ndomba, 06 janvier 2007 à 16:35 | | Répondre
Nouveau commentaire