LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

08 décembre 2006

Koffi Olomide : ‘‘2007 va être l’année de la vérité’’

koffiddm2

MOPAO4f_24 FRAPPE ENCORE AVEC LA NOUVELLE BENTLEY...

Nous serions ingrats si nous ne retracions pas l’itinéraire qu’a pris cet autre grand de la musique congolaise qui n’est autre que Chocolat Chaud Koffi Olomide dit «Mopao Mokonzi». De son vrai nom Antoine Agbepa. Naturellement son multiple talent  fait de lui le plus grand artiste de la famille  musicale africaine.

En vingt huit ans de carrière, Olomide totalise plus de 150 chansons dans son répertoire et ses chants peignent notre société et dominent dans tous les sphères. C’est un artiste qui incarne toute une nouvelle génération des musiciens au Congo. Il a aujourd’hui une charmante voix qui fait de lui la meilleure musique de son pays à écouter.

A l’heure où la plupart de ses collègues dorment Koffi, fils chéri à Maman Amie,  grand frère de Robert Mapindi alias Tutu Robat, bosse dur pour attirer le public à consommer ses œuvres.

Toutes ses sorties musicales sont des occasions de visiter nos émotions, nos sentiments ainsi que nos amours, commente Chaîda Tamovi, son fanatique à partir de Kinshasa. A travers ses beaux thèmes dans le texte et ses belles mélodies dans les paroles, Antoine oriente la vie de chacun d’entre les mélomanes.

La création, l’innovation et le changement, trois éléments fondamentaux qui contribuent à son succès. Il est l’une des rares stars de la chanson dont l’intelligence ne peut en aucun cas être mis en doute. Avec son tout dernier album intitulé «Monde Arabe» qui a redonné à la rumba congolaise la place de choix qui fut la sienne dans les années de 60, le chanteur parvient à contrôler de nouveau la RDC et tout l’ensemble du continent. L’histoire renseigne que Koffi a commencé à se faire remarquer dans les milieux musicaux zaïrois dès la seconde moitié des années 70.

«Onia» fait partie de ses premières chansons. Mais le peu de succès qu’elle recueillit à l’époque incitera le chanteur à reprendre le thème plus de quinze ans après dans «Tsiane», l’un des hits de l’album «Pas de faux pas».

Création du Quartier Latin !

En 1977,  sous pression de son frère lui qu’on appelle, Koffi profite de ses vacances au pays pour enregistrer au studio Vévé de Kinshasa ses premières chansons. «Asso» et «Princesse ya Sanza» qui consacrent la grande valeur de la femme. C’est à cette époque qu’on a commencé à me surnommer ‘‘ L’étudiant le plus célèbre du Zaïre. J’écrivais de texte des chansons pour des artistes de renom. Je n’avais pas de groupe mais je collaborais avec beaucoup de chanteurs qui en avaient besoin », a déclaré Olomide lors de son passage à RFI.

Il travaillait  notamment pour Zaiko Langa Langa mais se distingue surtout avec Papa Wemba et intervenait à la guitare dans son groupe Viva-la-Musica. L’année 1983 va constituer un tournant décisif dans sa carrière avec l’enregistrement de son tout premier fleuron artistique nommé «Ngunda». Mais le chemin à parcourir semble encore long d’autant plus qu’à Kinshasa, il doit s’associer à des formations existantes s’il veut se produire sur scène et enregistrer.

Il réalise ainsi deux disques en duo, l’un avec le chanteur Yakini Kiesse et l’autre avec Fafa de Molokai. Cette situation qu’il vit comme une contrainte ne peut durer indéfiniment. C’est ainsi qu’en 1986, Olomide fonde son propre groupe d’accompagnement, appelé Quartier Latin, un collectif de musiciens, de chanteurs et de danseuses qui va donner à son personnage, une véritable dimension d’homme de scène et de créateur à part entière.

Suivant l’exemple de son aîné Papa Wemba, il va bientôt pouvoir enregistrer tour à tour, sous son propre nom et sous celui du Quartier Latin,  un procédé qui lui apporte le triple avantage de donner un travail régulier à son personnel musical,  de valoriser les talents des musiciens du groupe en tant qu’auteur compositeur et interprètes mais aussi d’accélérer le rythme de sortie de ses  productions.

Koffi se fait une école de musique   

«Celui qui dit je sais n’a pas tord. Celui qui dit qu’il ne sait  pas non plus n’a pas tord mais a tord, celui qui dit je sais alors qu’il ne sait rien». Cette phrase, véritable maxime, est de Koffi Olomide qui doué de l’art, a toujours sélectionné de beaux musiciens, très talentueux qui défendent valablement la couleur «Tchatcho». 

Les chanteurs Zuzuki Luzubu, Eldorado, Djunafa, Babia Ndonga, Sam Tshintu, Somono, Modogo, Willy Bula, Bienvenu, Popolipo, Lebu Kabuya, Fofo, et les danseuses Rosette Kamono, Fifi, Miel, Mireille et Mboyo, ces deux dernières déjà dans l’outre tombe,  faisaient tous partie de la première génération des musiciens de Quartier Latin. Grâce à cet orchestre, «L’étudiant le plus célèbre du Zaïre» a usé le ton de se produire à chercher un son accessible à d’autres publics que les seuls Zaïrois et Congolais.

C’était une évolution naturelle pour un artiste qui partage sa vie entre Paris et Kinshasa. A donc raison, celui qui a dit qu’un beau spectacle nécessite la prestation d’un minimum de quinze musiciens et l’intervention torride des danseuses. En créant Quartier Latin, Olomide a connu une grande ascension fulgurante. Son succès fait pâlir ceux des plus grands noms de la scène zaïroise ce qui lui vaut le surnom de «Rambo du Zaïre».

En l’espace de quatre ans, il réalise sept albums,  soit sous son nom soit sous celui de son groupe. «Pas de faux pas», «Magie», «Ultimatum», «Droit de Veto», «Force de frappe» et «Affaire d’Etat», tels sont les différents albums à vie que Mopao Mokonzi  a pu réaliser avec ses poulains de Quartier Latin International avant «Danger de mort», le récent opus qui cartonne sur le marché. A travers cette œuvre collective, les mélomanes ont retrouvé la musique telle qu’ils préfèrent mais avec un style nouveau dont la spécialité est  «le Ndombolo». Ses musiciens ont cette fois-ci opté pour la rumba, donc une originalité nouvelle. 

Les mineurs s’annoncent !

Aussi longtemps que Olomide sera en vie, Quartier Latin International existera toujours.

90% de musiciens qui ont démarré l’orchestre avec lui ne sont plus avec lui aujourd’hui. Il y a eu des départs successifs du coté des chanteurs tout comme des instrumentistes. Il y en a même qui ont formé des groupes tel «Academia et Intégral»,  à l’image de «Quartier Latin original » mais malheureusement la chance ne leur pas souri. 

Trois générations ont succédé depuis et dans la dernière se sont retrouvés les  Fally Ipupa, Ferré, Gibson, Junior, Soleil qui ont tous pris leur distance par rapport à Papa Fleur. Tout cela n’a pas occasionné la chute ou la déstabilisation de l’orchestre ni de son leader qui est toujours dynamique et qui continue son bonhomme de chemin.

Avec les «Mineurs», particulièrement les nouveaux chanteurs qu’il vient de recruter dans son Quartier Latin International à travers la capitale congolaise et dont la moyenne d’âge est de 20 ans, Mopao Mokonzi est serin. «2007 va être l’année de la vérité», a-t-il déclaré ajoutant qu’il est déterminé de bouleverser les données avec l’avènement des Mineurs que le public va découvrir dans son tout prochain fleuron artistique.   

Le géniteur de Cucu est très satisfait du parcours brillant de son groupe qui a contribué à son apologie musicale, même si l’on dit qu’il n’y a pas de  rose sans épines. Pour célébrer avec faste le 20ème anniversaire de Quartier Latin, la star congolaise envisage de livrer un concert VIP, les 14 et15 décembre prochain, dans une île au sud de la France. Raison pour laquelle, Chocolat Chaud regagne Kinshasa, sauf imprévu ce jeudi pour préparer ses musiciens qui vont  l’accompagner à ce périple qui s’annonce époustouflant.

Mopao frappe encore !

Pendant que les autres sont en fête, le chanteur Guy Soleil Wanga sera toujours sur le banc de touche. C’est depuis la semaine dernière qu’il a été suspendu pour  trois mois par son patron Olomide qui lui reproche de l’impolitesse et l’indiscipline à l’égard du bureau de l’orchestre. Pire encore, l’auteur de la chanson «L’heure a  sonné» est accusé d’entretenir la méfiance,  la haine et jalousie vis-à-vis des mineurs qui promettent un avenir meilleur dans le groupe. 

«La présence de Soleil indispose  et met mal à l’aise les nouvelles recrues», a confié une source proche du Quartier Latin , ajoutant que le chanteur n’avait plus de respect envers les cadres de Quartier Latin notamment.

Dernièrement,  à l’aéroport international de N’djili, au moment où les musiciens s’apprêtaient à rejoindre Koffi qui les attendait au Sénégal où l’orchestre devrait livrer une production à Dakar, Soleil avait fortement menacé le porte-parole du groupe, Texas Katadi.  Ce comportement n’a pas plu à Mopao qui l’avait condamné sans ambages, martelant : «Trop c’est trop», s’était-il exclamé. 

L’heure a sonné pour Soleil !

Réagissant à cette sanction, le chanteur juge la suspension trop longue. Au cours de son passage sur une chaîne des télévisions de la capitale, Soleil Wanga a riposté qu’il n’est pas contre cette mesure même s’il n’est pas encore officiellement saisi.   

«Trois mois de suspension pour un artiste responsable comme moi, Soleil, c’est vraiment exagéré. Puisque j’ai une maison que je loue et des enfants  que je dois prendre en charge. Pour lui, son patron est allé trop vite en besogne !. 

Soleil tient toutefois à appeler le public à le soutenir puisque sa carrière musicale n’est pas suspendue même s’il lui est interdit de prester dans Quartier Latin. Aujourd’hui suspendu, de même que son collègue Emelya dans Wenge MMM, il se plaint du traitement qu’on lui infligeait depuis qu’il est aux cotés de Koffi

A quelque chose,  malheur est bon. J’ai vécu toutes sortes de situation  dans cet orchestre mais je ne peux pas les dévoiler, a déclaré Guy Wanga Soleil qui met tout son espoir dans «L’heure a sonné» qui ne fait pourtant pas le poids face aux autres titres dans «Danger de mort».

Toutefois, le chanteur annonce qu’il est prêt à monter son propre album à partir duquel il sera découvert davantage. «Cette fois-ci  les mélomanes vont découvrir mes vrais capacités qui étaient étouffées», a déclaré Soleil.   

Cette chanson apparaît, pour lui comme  une prophétie sur ce qui lui est arrivé. 

Ces propos montrent que Soleil se préparerait à emboîter le pas à Emelya, Fally et Ferré qui ont choisi d’évoluer en solo, une carrière musicale qui n’est pas facile à faire surtout dans la musique congolaise.

Attention !   

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 21:45 - MUSIQUE - Commentaires [8] - Permalien [#]

Commentaires sur Koffi Olomide : ‘‘2007 va être l’année de la vérité’’

  • Soit plus compréhensible et plus humble

    Bonjour, Bonsoir à Mopao Mokonzi Vibration Centrale Nucléaire,
    je voulais juste te demander d'être plus humble vis à vis de ton environnement immédiat, et de vraiment cultiver l'amour et pas seulemnt de le chanter, parcque cultiver l'amour c'est aussi savoir laisser les polémiques te frapper sans te déffendre notament au sujet de Fally Ipupa qui n'est autre qu'un des étudiants sorti de ta GRANDE ECOLE. C'est à nous mélomanes de dire que Fally est ingra ou pas. je pense qu'une fois tu as dit dans FORCE DE FRAPPE que " l'argent arrive au fil des années", je pense aussi que la sagesse s'acquière aussi avec le temps.

    Posté par Aubino Love, 20 octobre 2007 à 19:44 | | Répondre
  • le maitre reste le maitre

    papa fleure moi etant ton diciple, je dis que le maitre et comme un ange de son eleve quel en soit les eleves ingrats ce que le maitre a à la tete n'est poura mais je dis mais sortir de sa tete.Que les autres eleves prennent note merci.

    Posté par diciple de papa, 17 janvier 2008 à 21:29 | | Répondre
  • M.M

    BOTIKA VIUEX NA NGAI NA LEILA YA TRES FOTR ET PUIS IL FAUT ETRE SINCERE ?IL EST TRES FORT.
    A PESAKA GOUT.BA FITOL BO KEBA

    Posté par PIUS M.M, 12 juin 2008 à 11:22 | | Répondre
  • M.M

    BOTIKA VIUEX NA NGAI NA LEILA YA TRES FOTR ET PUIS IL FAUT ETRE SINCERE ?IL EST TRES FORT.
    A PESAKA GOUT.BA FITOL BO KEBA

    Posté par PIUS M.M, 12 juin 2008 à 11:32 | | Répondre
  • mon docteur de nui

    salut papa fleure je suis centrafricain je n'ai sais pas comment tes voir , je prie dieu que un jour il mes contacte avec vous.je n'ai pas beaucoup avous dire et joyeux noel a vous et morinio.merci k keddy

    Posté par kosse keddy, 27 décembre 2006 à 09:09 | | Répondre
  • C'est du bon

    salut à tous les koffifiles, et nous constatons tous que le grand Mopao a vraiment abatu un grand boulot avec ses belles mélodies. il restera toujours fort ce gars malgré le départ de certains de ses poulins.

    Posté par Ghadzi, 05 janvier 2007 à 23:09 | | Répondre
  • Encouragement

    Malgrés certaines decadencee des autres......
    j' ai toujours confiance en toi ,au tant que mon idole et tes capacités je crois que avec la nouvelle album tout marchera et nous allons allors repondre á ceux qui semble ignorer les choses en te rabessant.

    Posté par Nato Pedro, 08 janvier 2007 à 10:02 | | Répondre
  • bonjour

    je veut des news de koffi

    Posté par loth254, 08 janvier 2007 à 19:30 | | Répondre
Nouveau commentaire