LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

22 novembre 2006

Dans son rapport de mission à Kinshasa, Aldo AJELLO estime que les dés sont jetés en RDC !

Dans le rapport de sa mission du 10 au 18 novembre 06 à Kinshasa, le Représentant spécial de l’Union Européenne pour les Grands Lacs, Monsieur Aldo AJELLO, livre tour à tour son analyse et ses commentaires sur le déroulement des événements politiques en cours en RDC ; il émet une critique sur la déclaration et la personnalité du Cardinal ESTOU, il décrit la personnalité de Jean Pierre BEMBA et apprécie celle de Joseph KABILA. Ce rapport interne de l’UE reçu de Bruxelles et dont nous publions en annexe l’intégralité du texte, révèle toute la perception que la Communauté internationale a de la problématique politique en République Démocratique du Congo.

La décision de la Cour suprême de justice est déjà connue ! 

Dès le premier point d’observation de son rapport, le RSUE aborde l’épineux sujet des plaintes déposées par Jean Pierre BEMBA au près de la Cour Suprême de justice, et il tranche sans hésitation : « Il est hautement improbable (voir impossible) que la Cour Suprême renverse les résultats électoraux provisoires tels qu’annoncés par la CEI le 15 novembre dernier. Monsieur Aldo AJELLO justifie ainsi sa position : « Contrairement à ce que M. BEMBA prétend, la CEI a répondu à l’ensemble de ses plaintes, à l’exception de la dernière qui n’a pas pu être examinée à cause de l’absence des représentants de l’UpN aux dernières réunions de la Commission de vérification. » »

Ce rapport du RSUE ne fait nulle part mention des nombreux autres cas d’abus d’irrégularité, de tricherie, de manipulation et d’intimidation qui ont emmaillé ce second scrutin. Toutefois, les Congolais sont maintenant bien fixés : ils ne doivent plus rien attendre de nouveau de la décision que prendra la Cour Suprême dans les jours qui viennent. Car les dés sont déjà jetés !

Les incidents qui viennent de se produire devant la Cour Suprême à Kinshasa ce mardi 21 novembre 2006 confirment les propos de AJELLO. Lors de l’audience publique prévue dans la matinée, le public et les journalistes se sont vus refusés l’accès à la salle d’audience. Devant leur protestation, un renfort de policiers et de militaires a été requis. Et fidèle à leurs habitudes, les sbires de KABILA ont ouvert le feu en l’air et jeté des grenades lacrymogènes vers la foule. Ce fut la débandade totale ! Les jeunes en colère se sont attaqués aux forces de l’ordre et ont brûlé une partie de l’immeuble. Des journalistes comme des magistrats et des avocats en toge ont détalé chacun dans leur direction pour protéger leur vie ! Cette scène macabre devait inviter à la réflexion sur la profondeur du malaise et de la colère populaire qui couve !

Le Cardinal ETSOU: «un langage indigne d’homme d’église»!La déclaration politique du prélat congolais qui dénonçait toutes les irrégularités qu’ont reconnues par ailleurs d’autres observateurs internationaux neutres et indépendants, cette déclaration du Cardinal ETSOU a été très mal appréciée par le RSUE qui a eu des mots très durs, à la limite du mépris et de l’injure, à l’égard de l’Archevêque de Kinshasa qui dispose d’un vaste réseau d’observation à travers les structures de son église, et que personne de sérieux ne pourrait mettre en doute.

Quant à lui, M. AJELLO estime que « certains éléments parmi les plus extrémistes au sein de l’Union pour la Nation, alliance du Vice-président Bemba, semblent avoir encouragé une déclaration incendiaire du Cardinal Etsou visant à décrédibiliser la CEI et la communauté internationale… ». Poursuivant sa pensée, le diplomate européen affirme : « La déclaration du Cardinal, dont le ton est incompatible avec le langage d’un homme d’église, semble être le résultat d’une manipulation de la part de certains associés de Bemba, auxquels le Cardinal est lié par des relations régionales et familiales (Suivez son regard !).

Quand, il y a exactement un an, le Cardinal Etsou sauva le pouvoir en place en invitant les enseignants catholiques à mettre fin à leur grève et à reprendre du travail, toute la communauté internationale salua son geste et loua sa « sagesse ». Quand dernièrement le même Cardinal alla officier le mariage de Kabila dans sa résidence, malgré des zones d’ombre sur son identité religieuse, toute la communauté internationale exprima de l’admiration pour «son sens élevé de responsabilité sacerdotale». Mais maintenant que le même prélat, quelques mois après seulement, s’inquiète du hold up électoral contre le peuple congolais et invite la CEI et le CIAT à plus de transparence et d’équité, la même communauté internationale estime qu’il a brusquement perdu toute sa personnalité. Elle va jusqu’à ravaler l’Homme de Dieu aux bas sentiments tribaux, ethniques et familiales qui caractérisent, aux yeux de l’Occident, l’âme essentielle de tout nègre, quels que soient son niveau d’étude ou d’éducation !

JP BEMBA : versatile et imprévisible 

Le tableau que l’ambassadeur AJELLO présente de JP BEMBA est plutôt macabre et dangereux à cause, selon lui, de sa versatilité et de sa personnalité insaisissable. En effet, selon le RSUE, « l’état d’esprit du Vice-président est difficile à cerner vu la rapidité déconcertante avec laquelle il passe d’une position à une autre, diamétralement opposée, en fonction de ses interlocuteurs respectifs. » Et le diplomate européen justifie son jugement en ces termes : « Au cours de ses entretiens avec les représentants de la communauté internationale, en particulier avec le RSUE, le Vice-président Bemba a, à maintes reprises, admis sa défaite électorale…. En publique, le Vice-président a contesté les résultats des élections lors de son intervention télévisée du 16 novembre. Bien qu’il ait précisé que sa contestation se fera par la voie légale, le ton sur lequel il tenait ces propos pouvait être perçu comme étant belliqueux et inflexible » !

Visiblement, à lecture du rapport du RSEU, BEMBA reste le seul l’homme par qui le danger pourrait venir, et qu’il faut en conséquence le tenir à l’œil. Car il reconnaît que « le Vice-président Bemba a dores et déjà prévenu le RSUE qu’il ferait appel à la population pour organiser des grèves et des manifestations de rue. » Et c’est la seule chose que redoute l’UE sans chercher réellement à satisfaire ce peuple en le remettant dans son droit!

Mais M. AJELLO reconnaît, avec une pointe d’humour noir, que JP BEMBA se trouve dans une situation délicate : « il est juché sur le dos d’un tigre dont il ne saurait descendre sans se faire avaler », affirme-t-il cyniquement. Et il explique son allégorie en ces termes : « S’il (JP BEMBA) continue à accuser la CEI et la communauté internationale d’avoir manipulé le résultat des urnes et à exhorter ses partisans et alliés politiques à avoir foi en sa victoire, il lui sera difficile de publiquement reconnaître sa défaite électorale sans se voir accuser de trahison et rejeté par les éléments les plus extrémistes au sein de l’UpN, et sans devoir craindre pour sa propre sécurité. »

En plus de cette pression populaire, M.AJELLO reconnaît celle que la communauté internationale met sur JP BEMBA. A cet effet, le RSUE affirme qu’«il lui a fait remarquer que le choix qu’il fera après la décision de la Cour Suprême lui donnera l’opportunité de redorer son blason terni par une campagne électorale regrettable au premier tour et des alliances fort douteuses au deuxième tour » !

Ce qualificatif d’alliances « douteuses » est à la fois inquiétant et dangereux pour l’élite congolaise quand on sait que pour le second tour de scrutin, BEMBA a fait toutes ses alliances avec des leaders authentiquement congolais au sein de l’Union pour la Nation. Comment certaines de ces alliances peuvent-elles être qualifiées de « douteuses » ? Quelles sont ces personnalités politiques congolaises au sein de l’UN qui sont jugées douteuses ? Par qui le sont-elles et sur base de quels critères ? A chaque leader membre de l’UN d’entreprendre un examen de conscience !

Ceci prouve seulement qu’à Bruxelles, on a établi une liste des leaders congolais jugés dangereux pour l’Occident, proscrits et interdits d’accéder aux responsabilités nationales ! Voilà la vérité. Et bientôt, selon nos sources au sein de l’UE, des mesures sérieuses de rétorsion vont être prises par l’UE pour réduire au silence les « extrémistes irréductibles », entendez les leaders patriotes et nationalistes décidés à défendre les intérêts du peuple congolais. C’est le remake du traitement réservé à Lumumba et à tous ses compagnons nationalistes au lendemain de notre indépendance nationale. Qui vivra verra !

Car les Congolais doivent encore s’attendre à des rebondissements. Parce que le rapport du RSUE annonce des couleurs : « certains modérés au sein du MLC se sont éloignés de l’UpN qu’ils considèrent désormais périmée en attendant que Jean Pierre Bemba se débarrasse de ses associés les plus extrémistes et se situe sans ambiguïté dans la logique d’une opposition démocratique ».

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 08:51 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires sur Dans son rapport de mission à Kinshasa, Aldo AJELLO estime que les dés sont jetés en RDC !

  • anexxe du rapport

    Ou je peux trouvez le rapport? vou faites reference a: nous publions en annexe l’intégralité du texte. Mais ou?
    Merci
    Paul

    Posté par Paul, 26 avril 2008 à 18:52 | | Répondre
Nouveau commentaire