LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

01 novembre 2006

Kabila le grand perdant...les nons-dits des observateurs

Ils étaient 17 millions d’électeurs au premier tour. A quelque trois millions près, c’est le même nombre qui s’est présenté dans les 50.045 bureaux de vote ouverts sur l’ensemble du territoire.

Les irréductibles sont allés confirmer leurs premiers votes, tandis que les indécis du 30 juillet – estimés à 7 millions d’électeurs - ont résolu de faire pencher la balance en faveur de l’un des deux candidats.

RESULTbemba_kabila_3ATS LIES A TROIS FACTEURS

La victoire au 2ème tour de la présidentielle se joue donc sur trois facteurs essentiels. D’abord, la participation des électeurs. Elle n’a pas été fameuse dimanche, les chiffres publiés par certains observateurs indiquant une baisse sensible. « Le taux de participation des électeurs est relativement plus faible, soit une moyenne de 59,6 % contre 71 % lors du premier tour », selon le Cadre de concertation de la société civile pour l’observation des élections (CDC).

Dans ce chapitre, le Kasaï Oriental a fait exception, avec 46,4 % contre 39,2 % au premier tour. Cette baisse serait consécutive à une absence manifeste de motivation dans le chef des électeurs, les uns estimant que tout serait « déjà joué » alors que d’autres, notamment au Kasaï Oriental, se seraient rendu aux urnes en réponse à un appel mobilisateur.

S’agissant du report automatique des voix au second tour, des observateurs notent que des milliers d’électeurs ont été victimes d’un déficit de communication. Menée au 1er tour avec un message précis, la campagne électorale au 2ème tour n’a pas pu être adaptée à la nouvelle donne commandée par les nouveaux intérêts des chefs de partis.

Restés à Kinshasa, ils n’ont pas été en mesure d’expliquer à leurs électeurs les raisons profondes pour lesquelles il fallait voter en faveur de ceux-là mêmes qu’ils ont vilipendés trois semaines plus tôt. Comme on le sait, plusieurs acteurs politiques ont, pour des considérations de divers ordres, adhéré aux plates-formes électorales AMP (Alliance de la majorité présidentielle) et UN (Union pour la nation) aussitôt connus les résultats du premier tour.

UNE GAGEURE

Joseph Kabila et Jean-Pierre Bemba, avec le concours des états-majors outillés, ont un défi à relever : conserver et ajouter 7 % de voix au score précédent, pour le premier, renverser complètement la tendance, pour le second.

A ce propos, les résultats affichés devant les bureaux de vote indiquent que les deux concurrents ont réussi la gageure de grignoter d’inestimables voix sur le terrain de l’adversaire. Ainsi, Kabila a réalisé une importante remontée dans la ville de Kinshasa, généralement acquise à Bemba. Et ce grâce à un taux de participation évalué partiellement à 60%. Celui-ci a, de son côté, pu relever la tête dans certaines provinces de la partie orientale du pays. Le taux de participation au Katanga serait de 70% ; au Sud - Kivu 80% contre 90% au premier tour ; Nord Kivu 90% contre 98% au premier tour ; tandis que les deux Kasai accuseraient près de 50 % de taux de participation contre 36% au premier tour.

Si, à ce stade, il serait hasardeux de désigner le futur président de la République démocratique du Congo, les observateurs notent cependant deux phénomènes. L’Amp devrait conserver son avantage dans les deux Kivu, malgré la baisse du taux de participation. Mais, elle pourrait perdre une partie de la province Orientale et du Katanga, à l’analyse des chiffres disponibles.

Elle ne saurait pas, non plus, s’imposer au Bandundu, fief naturel du Parti lumumbiste unifié (Palu) dont le leader représentait un électorat de 13 %. Aux 44,81 % de Kabila, ne pourraient donc pas se greffer totalement les 13 % de voix espérés.

Du côté de Bemba, il est sûr qu’il puisse recueillir le même nombre de voix qu’au premier tour à Kinshasa et en plus il devrait tirer avantage d’une partie de l’électorat du Bandundu, de la province Orientale et de la mobilisation observée dans les deux Kasaï, qui comptent quelque 4 millions d’électeurs enrôlés.

Tant à l’AMP qu’à l’UN, les gens bien pensants s’attendent à des résultats très serrés. « La victoire va se jouer sur le fil », s’est hasardé un acteur politique, ayant requis l’anonymat.

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 22:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Kabila le grand perdant...les nons-dits des observateurs

Nouveau commentaire