LOSAKO

Le porte-voix de tous ceux qui cherchent vainement dans quel forum de ce monde, ils peuvent se faire entendre.. Oui, je veux donc parler au nom de tous les « laissés pour compte » parce que « je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».

26 octobre 2006

Kabila akimi combat>... momemi maki alobakate!?

Les Congolais auront attendu en vain le débat initialement prévu le 26 octobre entre Jean-Pierre Bemba et Joseph Kabila. Le duel télévisé a été annulé, mercredi 25 octobre, à Kinshasa par la Haute autorité des médias. Mercredi soir, l’annulation de cet événement est globalement interprétée par des analystes comme une dérobade de la part du président sortant. 

« Joseph Kabila s’est dégonflé » ; « Kabila a fui le combat » ; « Joseph veut être chef d’Etat élu du Congo-Kinshasa sans devoir passer devant les citoyens pour expliquer sa vision de la société congolaise de demain et surtout convaincre l’opinion sur ses qualités et ses  compétences pour assumer cette lourde  charge ». « Comment peut-on demander à un électeur de voter en faveur d’ un tel dirigeant ? ». Au Quartier Matonge de Bruxelles, on a entendu des jeunes bembistes entonné « Masta akimi combat ». Traduction : l’adversaire a fui le combat. Ce sont là les quelques réactions les plus significatives. En vérité, l’annulation de ce duel télévisé n’a pas surpris outre mesure. Le contraire aurait plutôt surpris. Depuis quelques jours, des bruits insistants laissaient entendre que le camp kabiliste était tout sauf chaud à cette confrontation médiatique. Mercredi 25 octobre, la rumeur s’est muée en info via une conférence de presse tenue par le président de la Haute autorité des médias.

A. Wetshi

"Au regard des dispositions diamétralement opposées des uns et des autres, la Haute autorité des médias (Ham) se trouve dans l'impossibilité d'organiser le débat contradictoire prévu le jeudi 26 octobre 2006", a déclaré Modeste Mutinga Mutuishayi.
"A l'issue de cinq heures d'échanges, les concertations n'ont pas abouti" entre les délégations du président Joseph Kabila et du vice-président Jean-Pierre Bemba, qui ont "campé sur leurs positions respectives", a-t-il ajouté. « Modeste » de rappeler que la Ham avait proposé trois formules. A savoir, un "face à face" modéré par des journalistes, un "côte à côte" où seuls les journalistes seraient habilités à poser des questions et un "enregistrement préalable des réponses des candidats aux questions des journalistes".
Le camp Kabila "a opté pour l'enregistrement séparé du débat" pour des raisons de "sécurité, de gestion des émotions des candidats et des conséquences qui peuvent en résulter en cas de dérapage". La délégation de Jean-Pierre Bemba, elle, a choisi "le face à face, en raison notamment de la dynamique que confère au débat ce format" et parce qu'il "permet, selon elle, de vérifier les aptitudes intellectuelles des candidats à gérer le pays".
Pour le président de la Ham, les positions des deux parties sont inconciliables. Aussi, "au regard des dispositions diamétralement opposées des uns et des autres », la Haute autorité des médias (Ham) se trouve dans l'impossibilité d'organiser le débat contradictoire prévu le jeudi 26 octobre 2006", a-t-il tranché. Tous les spécialistes en communication conviennent que les qualités intrinsèques du « candidat » constituent le premier gage pour gagner une élection. L’argent, l’ethnie, les conseillers en communication et l’humeur du moment ne peuvent guère « transformer un âne en cheval de course ». Bien que prévisible, l’annonce faite par le président de la Ham a suscité une désapprobation générale dans les milieux des Congolais de la diaspora. Une frustration certaine. Notons que les Congolais de Bruxelles avaient pris des dispositions pour assurer la retransmission en direct de cet « event ». Ces derniers pointent un doigt en direction de Joseph Kabila accusé, à tort ou à raison, d’être « intellectuellement moins outillé que son adversaire ». Un avis que ne partage pas les bonzes de l’Alliance pour la majorité présidentielle.    
Secrétaire permanent et porte-parole de l’AMP, Olivier Kamitatu Etsu a laissé entendre que son parti souhaite privilégier la vision de chaque candidat . Pour lui, ce débat ne devait pas devenir un « concours d’éloquence » autant qu’un « pugilat verbal ».
Membre du staff dirigeant de l’Union pour la Nation, Romain Nimy reproche à la Ham de s’être bornée à constater la divergence de vue. « Nos concurrents politiques de l’Amp proposent deux interviews enregistrées et juxtaposées comme débat », a-t-il déclaré. « Nous, nous pensons que ce n’est pas là la définition d’un débat contradictoire, parce que c’est un exercice auquel se livre notre candidat Jean-Pierre Bemba depuis fort longtemps, au 1er comme au 2ème tour. Selon des sources, on apprenait mercredi 25 octobre que « Joseph » serait parti en Suisse pour cause de maladie. De quoi souffre-t-il ? Vérité ou ruse ? On apprenait également que Jean-Pierre
Bemba pourrait animer un meeting électoral vendredi 27 à Kinshasa. Le challenger de Kabila ne manquera pas de revenir sur ce rendez-vous manqué autant que sur l’évasion spectaculaire – sans effraction – des condamnés à mort du méga-procès LD Kabila.

Related Posts with Thumbnails
Posté par Losako à 23:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Kabila akimi combat>... momemi maki alobakate!?

Nouveau commentaire